Vous avez déjà un compte ? Connexion
Accueil / Articles / Critiques / Critique de Gueules noires

Critique de Gueules noires

Chaleur torride, atmosphère lourde et humide, le doux chant des canaris ; non, nous ne sommes pas sur un bord de plage en train de siroter un petit cocktail, quoi que ce serait beaucoup plus enviable.

Quand soudain, le silence vous réveille de votre torpeur, suivi sans attendre d'un cri tonitruant « GGRRRIIISSSSOOOOUUUU ». Une déflagration, puis plus rien, vous vous réveillez à la surface avec le ballet incessant des chariots de livraison qui n'arrêtent pas afin d'honorer les commandes.

Vive le début du XXème siècle, l'ère de l'industrie et des machines, grâce à cela vous voilà une de ces gueules noires à la recherche du précieux.... le charbon.

Matériel

Dans son écrin de carton, « Gueules Noires » a les mêmes dimensions que « Descendance ». Cependant, à la différence de ce dernier, il n'y aura pas de marché au village, mais plutôt une course acharnée à la livraison de commandes. Les illustrations de la boite nous annoncent tout de suite la couleur : ce sera sombre.

L'estampillage est clair même si j'aurais été moins sévère pour l'âge minimum : de 2 à 4 joueurs pour des participants de minimum 10 ans. Vous pourrez retrouver ces informations sur toutes les faces de la boite, tranches comprises, ce qui peut se révéler très pratique dans votre boutique préférée pour faire le premier tri (et aussi chez vous, lors de vos soirée jeu :p). Quand vous prendrez la précieuse boite dans vos mains, elles ne se saliront pas du charbon qui la contient et vous paraîtra légère à transporter. Sachez qu'elle ravira petits comme grands.

A l'ouverture de la boite, vous tomberez nez à nez avec un livre de règles simple et efficace, ainsi qu'un plateau petit, sans trop l'être, et d'une très bonne épaisseur. Celui-ci représente la surface de la mine et les bâtiments qui la composent.

Creusant un petit peu plus en profondeur vous trouverez les plateaux individuels qui représentent les mines de chaque exploitant. Ces plateaux auraient gagné à être plus épais, car vous y retrouverez un sympathique petit ascenseur qui exploite justement l'épaisseur de carton et que tous s'amuseront sans conteste à faire monter et descendre pendant les explications de la partie sans aucune raison apparente, juste pour voir si ça marche bien (et oui ça marche bien, malgré l'aspect bricolage). Sur la partie gauche de votre ascenseur, vous aurez les galeries éclairées de la mine et sur la partie droite le coté obscure.

Toujours en fouillant dans la mine que représente la boite, vous serez déçus de ne pas trouver de charbon alors que c'est la thématique du jeu. L'éditeur n'a rien trouvé de mieux que de remplacer le charbon par des cubes en bois (probablement pour une sombre histoire de salissure ou de matériel hautement inflammable). Bon, en compensation, vous aurez à votre disposition 4 qualités de charbon représentés par des cubes de couleur différentes. La qualité sera en fonction de la profondeur ou vous aurez envoyé vos mineurs. Jaune pour le plus pauvre, noir sombre pour le plus riche. Il faut quand même relativiser sur la valeur du charbon, il n'aura de valeur que si vous arrivez à le sortir de la mine et le livrer dans une commande.

Justement les commandes, elles représentent l'élément suivant que vous pourrez manipuler avec fébrilité. Il s'agit ni plus ni moins que de petites cartes, elles sont agréables à manipuler et ne collent pas entre elles, par contre le dessin qui est dessus vous donnera très rapidement l'impression qu'elles sont légèrement pliées. Rassurez-vous personne n'aura abîmé votre précieux jeu. Il ne s'agit que d'un sombre jeu d'optique, vous ne vous en rendrez vraiment compte qu'après une petit demi-heure de jeu. Pour ce qui est du reste les commandes sont claires et ne nécessiteront pas beaucoup de temps à expliquer (il faut savoir qu'à ce stade c'est le nerf du mécanisme, durant la partie ce sera le moyen de marquer des points, directement ou indirectement). Si vous êtes trop gourmand, bien sûr, ce sera aussi le bon moyen pour en perdre.

Vous ne pourrez bien entendu pas non plus rater les plateaux à dépuncher, il s'agit des « berlines » du jeu.... enfin .... ne pas rater, cela dépend de certains critère bien sûr. Lors de l'ouverture de la boite, il semble plus qu'évident que vous les verrez. Elles sont dans un carton épais et d'une dimension pratique même pour des petites mains. En revanche, une fois sur le plateau, si vous n'avez pas la bonne place autour de la table et que la lumière est contre vous, vous aurez du mal à faire la différence entre chacune. Les reflets peuvent être tels que vous allez peut-être confondre de l'anthracite pur avec un simple charbon argileux de base. Mais ce n'est pas bien grave, rien ne vous empêche de vous lever de votre chaise avant de faire votre choix.

Vous trouverez encore dans la boite les pions à distribuer à chaque joueur qui seront les mineurs que vous aurez à votre disposition. Dans le même bois que les morceaux de charbon, agréables à manipuler et qui s'empilent bien (ça ne sert à rien dans le jeu mais je ne peux m'empêcher d'empiler les morceaux de bois).

C'est à ce moment-là qu'un petit défaut se cache : la monnaie du jeu. Cette dernière surprend beaucoup, de simples petits billets style monopoly… Cependant, à l'époque, les salaires pour ce genre de travail était souvent de simples coupons.

Une fois tout sorti, il ne vous restera plus que quelques pièces qui serviront pour le plateau et pour le set à moins de 4 joueurs.

La lecture de la règle sera rapide mais nécessaire évidemment. Un rapide coup d'œil à la mise en place et voilà votre mine prête à être exploitée. Il ne reste plus qu'à faire le tour du propriétaire, pour que chacun s'y retrouve dans l'exploitation et qu'il n'y ait pas d'accident de livraison ou de forage.

Règles

Le livret de règles ne vous semblera pas indigeste et vous aidera pour la mise en place. Faites bien attention, le set de départ n'est pas le même en fonction du nombre de joueurs. D'autant que cette mise en place est plus que nécessaire pour la compréhension du jeu.

Maintenant que le jeu s'étale devant vous, révélant petit à petit le mécanisme du jeu, nous allons faire le tour des différentes actions afin de clarifier les choses.

Avant de voir les actions, il faut voir le mécanisme qui est des plus simpliste et sera sans aucun souci à la portée de tous les joueurs autour de la table (ce qui rendra même le jeu abordable sûrement avant les 10 ans indiqués sur la boite). Pour faire une action, vous vous positionnez simplement sur l'action à faire avec un ouvrier de plus que le nombre déjà présent sur la dite action, donc 1 pour la toute première action (ce qui rendra les actions de plus en plus chères de tour en tour). Les ouvriers qui sont relevés filent rapidement se restaurer et se reposer à la cantine, en attendant le quart suivant.

En premier, nous allons voir la monnaie locale. L'action n'est pas la plus puissante, mais les mineurs étaient payés une misère à l'époque. Vous verrez par la suite que les sous ne sont justement pas le nerf du jeu, à vous de savoir jauger ce qu'il vous faut pour ne pas en avoir de trop, ni en manquer le peu de fois ou cela sera nécessaire. Mais sachez d'avance qu'une course à l'argent ne vous avancera à rien.

Vient ensuite le seul et unique moyen d'utiliser les précieux billets justement, les « berlines », qu'il ne faut justement pas voir comme telles, mais plutôt comme le moyen que vous allez fournir à vos ouvriers, pour faire du plus ou moins bon travail. Il faut savoir qu'il y a 8 types de petits wagonnets, chacun dans 2 catégories : une catégorie éclairé et une autre pour le coté obscure. Il faut garder à l'esprit que, dans la mine, il faut qu'il y ait une équité, à la fin de la partie, pour que ni la lumière ni les ténèbres ne déséquilibre la balance des forces.

Parmi les 2 catégories de lumière, il y a les équipements de « profondeur ». En effet, la couleur des wagonnets indiquera ce qu'ils sont capables d'extraire. Pour choisir une berline rien de plus simple, vous envoyez vos mineurs faire l'action et vous prenez le précieux élément pour le mettre immédiatement dans votre mine en en payant le coup (indiqué sur les wagonnets).

Pour chaque berline que vous mettez dans votre mine, un morceau de charbon de la couleur correspondant vient se rajouter avec, il ne reste plus qu'à l'évacuer.

Vous évacuerez le magnifique petit morceau de charbon, avec une délicatesse sans pareil, en le faisant lentement se déplacer du fin fond de la mine jusqu'à la surface où, soit vous le stockerez pour plus tard (pas de gaspillage), soit vous l'affecterez immédiatement à un convoi à livrer.

Ces convois sont simples à gérer, une fois que vous les avez récupérés, ils indiquent clairement ce qu'il faut pour la commande et par quel moyen vous devrez les livrer (on n'utilise pas des chevaux pour une commande nécessitant un train, ni l'inverse d'ailleurs).

Une fois que tout le monde a épuisé son stock de main d'œuvre dans les différents postes de la mine, il reste le décompte. Il y en aura 3 en tout dans la partie et c'est ici que se joue le plus gros de la subtilité du jeu.

Le décompte est évolutif. Pour le 1er tiers de la partie, on ne score que sur les charbons déjà livrés. Pour le 2nd tiers, on re-score sur le charbon en question, mais aussi sur les moyens de transport. Et pour le 3ème, on refait la même chose, mais en plus on vérifie qu'il n'y a pas eu de travail inutile dans la mine (donc qu'elle est vide).

Viendra ensuite l'ultime décompte (comme je l'ai dit plus tôt, pas de gaspillage, c'est le mal). Les billets restant seront récompensés (maigrement, mais quand même), les ressources non utilisées aussi, par contre .... ceux qui auront eu envie de faire en sorte que les ténèbres gagnent la mine, ou que la lumière gagne, comprendront que la vie est un mélange de compromis et d'équilibre. Tout comme les livraisons non réalisées…

Durée de vie

Le jeu a une durée de vie plutôt faible au sein d'une famille de joueurs de par sa linéarité. La partie aléatoire des pioches fait qu'il se renouvèle en partie, mais pas assez pour pouvoir dire que les joueurs ont le sentiment de jouer différemment.

Son inconvénient en fait aussi sa force, car il ne sortira peut-être pas souvent des étagères d'une ludothèque, mais en même temps il sera très tentant quand il y aura de nouveaux joueurs car justement très facile d'accès.

En bref, pour des gros joueurs la durée de vie se limitera donc à 3-4 parties, mais pour du familial, il se pourrait que vous le sortiez beaucoup plus souvent que vous ne le pensez.

Le conseil de Jedisjeux

Une petite astuce pour une première partie, n'hésitez pas à ne faire que le premier quart et tout recommencer ensuite.

Cela permettra de vivre le jeu sans se fixer d'objectif de points et donc ralentir la partie.

Une fois le 1er quart fait, tout le monde devrait comprendre le jeu, et cela vous évitera une explication tout en détail ;)

Avis de la rédaction

Le jeu mérite largement sa cotation, il fait un excellent jeu passerelle pour apprendre la pose d'ouvrier. Le thème est relativement bien respecté malgré quelques petites incohérences (ou incompréhensions de ma part) mais cela n'entache pas le jeu, il reste fluide, et chacun peut jouer tranquillement sans subir les actions des uns et des autres (ou alors très très peu). Le jeu est rapide sans pour autant se jouer sans aucune réflexion, il faut bien gérer ses ouvriers ainsi qu'anticiper un tout petit peu les actions des autres. Bien entendu, si vous êtes un fervent défenseur des jeux de figurines qui durent plusieurs heures, le jeu va vous sembler beaucoup trop simpliste, mais sachez que vous le sortirez sans problème avec des amis à qui vous voulez faire découvrir le jeu de société en douceur. Je ne dirais pas que vous devez absolument avoir ce jeu dans votre ludothèque, mais il ne fait nul doute qu'une fois l'acquisition faite, le jeu ne prendra pas la poussière, il ressortira suffisamment souvent, que ce soit avec des petits ou des grands. A noter aussi qu'à part le système de décompte à la fin, le jeu est semble-t-il abordable à un âge bien inférieur à celui indiqué. Vous devriez pouvoir y jouer avec des enfants de 7 ans
Gueules noires n'est pas à proprement parlé très novateur, mais il roule comme une horloge suisse, est très malin et tactique et surtout vite expliqué et pris en main. De plus, pour un jeu de pose d'ouvriers, il a une durée de partie relativement courte. Le système de pose d'ouvriers ressemble à celui de Keyflower, ce qui change par rapport à de nombreux autres titres : vous ne bloquez pas d'accès, mais le rendez plus cher une fois que vous vous y êtes rendu. Bien plus plaisant que ne le suppose la règle, qui laissait déjà tout de même présager un bon jeu...
Grop coup de coeur du moment, gueules noires est mon genre préféré de jeux. J'adore que les règles soient simples à comprendre et que le jeu soit aussi riche. Mettre des mécanismes à tout va, avoir l'impression que l'on a pleins de possibilités de jeu parce que l'on ne peut pratiquement rien faire comme action durant une partie, tout ces systèmes alambiqués pour donner l'impression d'un bon gros jeu ne me séduit pas trop. Là c'est un coup de maitre de ces deux auteurs très réputés. Joué déjà 3 fois, je n'ai qu'un mot, à quand la prochaine partie ?

Commentaires (0)

Participer
Commenter l'article
  A propos

Jedisjeux est une association qui rassemble des bénévoles passionnés par les jeux de société. Vous y trouverez des actualités, des critiques, des reportages, des interviews, un forum de discussion, une grande base de données ainsi qu’un calendrier avec les principales dates de sortie des jeux.

  Sorties de jeux
  Nous contacter
  Jedisjeux.net

16 rue DOM François Plaine
35137 Bédée

Contact