Membres
invité
Bienvenue Anonyme





se connecter automatiquement


Publicité
heroquest

Heroquest (1990)

  • 10 notes

  • Complexité
  • Hasard
  • Stratégie
  • Interactivité
  • de 2 à 5 joueurs
  • à partir de 12 ans
  • durée approx. de 75 minutes

Un joueur prendra le rôle du démoniaque sorcier Zargon et de sa meute de monstres, tandis que les autres joueurs prendront le rôle d'un des quatre héros : le barbare, le nain, l'elfe et le magicien...

Matériel

  • 1 livret d'instructions
  • 35 figurines : 31 monstres : 8 Orcs, 6 Lutins, 3 Fimirs (verts), 4 Guerriers du Chaos, 1 Sorcier du Chaos, 1 Gargouille (gris), 4 Squelettes, 2 Zombis, 2 Momies (blancs) et 4 héros : 1 Enchanteur, 1 Elfe, 1 Nain et 1 Barbare (rouges).
  • 1 Livre des Quêtes
  • 1 plateau de jeu
  • 1 écran triptyque cartonné
  • 15 éléments de mobilier : 2 tables, 1 trône, 1 établi d'alchimiste, 3 coffres à trésor, 1 tombe, 1 pupitre de sorcier, 2 bibliothèques, 1 chevalet, 1 cheminée, 1 râtelier d'armes et 1 buffet
  • 21 portes : 5 fermées et 16 ouvertes
  • 8 carrés simples "case obstruée","piège","éboulis de pierres"
  • 2 carrés doubles "cases obstruées"
  • 6 carrés « oubliette »
  • 1 grand carré « escalier »
  • 4 carrés « porte secrète »
  • 64 cartes de jeu : 12 Sortilèges (3 feux, 3 terres, 3 eaux et 3 airs), 5 Trésors de quête (grimoires), 25 cartes Trésors, 14 cartes Équipements et 8 cartes Monstre
  • 4 cartes Personnages
  • 2 dés ordinaires
  • 4 dés spéciaux de combat

But du jeu

Réussir les missions proposées par la quête jouée

Description du jeu

Quel personnage préfèrerez-vous jouer ?
Le barbare est le plus résistant et le combattant le plus redoutable. Le nain n’est pas aussi coriace, mais peut découvrir et désarmer les trappes. L’elfe est encore moins bon guerrier, mais il peut lancer trois sorts. Le magicien est médiocre au combat, mais il peut lancer neuf sorts.

Le système de jeu a été simplifié au maximum et il est rarement nécessaire de consulter les règles. Par exemple, les sorts du magicien sont biens expliqués sur des cartes, celles-ci sont tournées pour indiquer que le sort a été lancé et ne peut plus être utilisé.

Les héros se déplacent sur le plateau de jeu, différent selon la quête jouée, à l’aide de deux dés. Lorsqu’ils entrent dans une nouvelle pièce, le joueur jouant leur ennemi, Zargon, place tout ce qui s'y trouve : table, fauteuils, étagères,autel... et bien entendu, les monstres !
Avant ou après leur déplacement les joueurs peuvent faire une action, comme débusquer un piège, chercher un trésor ou une porte secrète attaquer un monstre ou lancer un sort. Lorsque tous les héros ont joué, Zargon déplace et fait attaquer les monstres encore présents en jeu.

Les combats sont facilement résolus avec des dés spéciaux qui ont des têtes de morts (un touché) et des boucliers (une parade).

Le jeu donne un avant goût du jeu de rôle sans en avoir la complexité. Il ne permet pas, par exemple, d’augmenter les habilités des personnages. Il se veut plus un jeu d'introduction aux jeux de rôle.