Hannibal : Rome contre Carthage

16 juin 2013 | par Le Zeptien

Spécifications de la partie


Nombre de joueurs
0
Date
16 juin 2013

Spécifications du jeu


Nombre de joueurs
à 2 joueurs exclusivement
Âge
à partir de 14 ans
Durée
150 minutes
Mécanismes
Conquêtes, Affrontement, Majorité
Thèmes
Antiquité
Date de sortie
1 janv. 2007
Auteur(s)
Mark Simonitch
Editeur(s)
Valley Games

Photos

Réagir à cette partie de jeu

Il y a 1 commentaire

Le Zeptien
By Le Zeptien | 16 juin 2013 17:53

"Romains, romaines, Carthaginois et Carthaginoises, gaulois et gauloises, amis venus de Grèce, de Nubie, de Numidie, des Baléares et de partout ailleurs du monde antique, AVE !

Soyez les bienvenus au milieu de ce merveilleux site archéologique de Lattara préservé par le musée Henri Prades (1).

Aujourd’hui, nous allons assister à la grande finale qui va opposer quelques uns des meilleurs éléments de l’armée romaine, représentés par la compagnie Pax Augusta, aux plus féroces soldats Carthaginois, représentés eux par le groupe Carthago (2)

Il fait beau, il fait même chaud, les spectateurs sont nombreux et il faut bien le dire, les paris vont bon train. Les bookmakers donnent les romains favoris, mais les carthaginois ont un élément de poids dans leur équipe, un éléphant qui répond au doux nom de Baby. Va-t-il faire la différence et donner la victoire au représentants carthaginois ?"

Oui, vous l’aurez compris, je ne vais pas vous parler ici d’une partie de « Hannibal » ce grand jeu de Mark Simmonitch, pas assez pratiqué vers chez moi hélas…

Non, je vais juste vous parler de ma journée d’hier, tout aussi ludique que si je l’avais passée autour d’un plateau de jeu.

C’est donc tout ému que j’arrivais sur le futur champs de bataille. Non loin de là, étaient installer quelques tentes, romaines évidemment, avec la reconstitution d’un campement, mais aussi des ateliers de bijoux, d’armes ou d’outils. Sous une autre tente, un commandant de galère carthaginoise faisait le récit de la grande campagne d’Hannibal pendant le seconde guerre punique. A l’aide de petites figurines, il a expliqué notamment le célèbre manœuvre du génial stratège carthaginois durant le bataille de Canae, au cours de laquelle plus de 50 000 romains ont perdu la vie, dont 80 sénateurs, contre moins de 6000 hommes pour Hannibal. Pendant ce temps, Un guerrier celte, qui avait choisi le camp d’Hannibal, enrôlait de jeunes recrues, et leur montrait quelques techniques de combats au cri de « CARTHAGO ! ».

Naturellement, un fan d’Histoire de l’Antiquité comme moi porte sur tout cela un regard de passionné, de connaisseur, mais aussi d’enfant. L’envie me démangeait de m’emparer d’un bouclier, d’un pilum, d’un casque, d’un glaive et de me placer dans le tortue romaine. J’ai pu échanger quelques idées avec monsieur Bertrand Borie, auteur de deux volumes intitulés « L’aigle et le Lion » qui nous racontent l’épopée d’Hannibal. Je n’ai pu m’empêcher de titiller mon interlocuteur sur « les délices de Capoue », et la réponse de monsieur Borie fut aussi tranchante qu’un glaive « Pff ! C’est de la propagande romaine ça ! ». En tout cas, j’ai trouvé à nouveau quelqu’un qui pense, comme moi, qu’il est absurde de voir dans les guerres puniques un conflit opposant l’Europe à l’Afrique…enfin bon, ce n’est pas l’endroit pour s’étendre plus longuement sur la question.

Ah ! Soudain, l’éléphant fait son apparition. Les enfants les plus courageux se précipitent à sa rencontre…Baby va bientôt nous monter ce qu’il sait faire sur un champs de bataille, face à la légion romaine.

Ça y est, les Carthaginois se mettent en place. Présentation de chaque membre de l’équipe, et on découvre qu’il y a des carthaginois certes, mais aussi des celtes, des ibères, des numides et des nubiens. L’armée d’Hannibal rassemble plusieurs peuples, animés pour des raisons diverses d’une volonté farouche d’en découdre avec les romains.

Et les romains arrivent, dans un ordre parfait. L’an dernier, ils affrontaient les celtes. Ces derniers étaient encouragés par des « Ouai !!! Allez-y les gars ! Gaule ! Gaule ! Gaule ! », alors que les romains avaient été hués ! Et oui les gars, on a pas oublié Vercingétorix et puis les lectures d’Astérix n’ont pas aidé à vous rendre populaires. Mais tout cela évidemment avait eu lieu dans une ambiance joyeuse, les spectateurs étant tous redevenus de grands enfants.

(1) : Pour en savoir plus sur le musée Henri Prades, espace Lattara, suivez ce lien) http://museearcheo.montpellier-agglo.com/presentation/

(2) Pour l'anecdote, les carthaginois étaient surtout représentés par des ch'tits et des lorrains.

Un p'tit lien vers Pax Augusta : http://www.paxaugusta.net/

et le groupe de reconstitution Carthago : http://www.carthago-reconstitution.com/ ... ation.html