Age of Steam: Pennsylvania / Northern California

11 sept. 2010 | par Le Zeptien

Spécifications de la partie


Nombre de joueurs
4
Date
11 sept. 2010

Spécifications du jeu


Nombre de joueurs
3 à 6 joueurs
Âge
à partir de 12 ans
Durée
Mécanismes
Placement, Tuiles
Thèmes
Transport ferrovière
Date de sortie
1 janv. 2006
Auteur(s)
Ted Alspach
Illustrateur(s)
Peter Dennis, Ian Legge
Editeur(s)
Bezier Games

Scores

# Nom Score
1 159
2 109
3 87
4 70

Photos

Réagir à cette partie de jeu

Il y a 1 commentaire

Le Zeptien
By Le Zeptien | 11 sept. 2010 00:00

Ce CR est spécialement didicacé à monsieur Blue... :-P

La Pennsylvanie…un des Etats fondateurs des Etats-Unis. Cette terre fut offerte par le roi d’Angleterre pour je sais plus quelle raison à un heureux bénéficiaire qui portait le nom de Penn. Ce monsieur avait une certaine passion pour la nature et les arbres en particuliers ; c’est donc fort modestement qu’il a appelé cette terre Pennsylvania.

Voilà…c’est chouette la culture hein ? Blague à part, j’ai appris cela je crois en regardant le dessin animé « Il était une fois l’Homme », dans ma jeunesse…oui, « il y a longtemps », merci de me le faire remarquer si aimablement jeune effronté(e) !

Mais ce n’est pas le sujet. Alors hier soir, 4 intrépides barons du rail, qui explorent depuis quelques temps diverses cartes de Age of Steam, se sont lancés sur la carte de la Pennsylvania, réalisée par monsieur Ted Alpash (moi, j’ai toujours préféré les Cheyennes… non, laissez tomber, je m’égare).

Cette carte présente, comme souvent avec les extensions d’AOS, quelques particularités. La plus marquante est celle du charbon. Une partie de la carte est couverte de petites villes qui représentent des sites d’extraction de houille, avec seulement deux métropoles. Cette houille, il faut évidemment la convoyer vers des villes situées de l’autre coté de la carte, avec des montagnes (les fameuses Appalaches) à franchir, ce qui coûte cher, et aussi d’importants cours d’eau. Cependant, un cube noir peut rapporter le double d’une marchandise normale…alors forcement, les appétits sont aiguisés.

Et il avait faim monsieur Tyrion hier soir, puisqu’il va dépenser beaucoup et rapidement pour se constituer un réseau qui ne fut guère concurrencé pour acheminer une grande quantité des cubes noirs disponibles. Les trois autres joueurs vont dans un premier temps se cantonner autour des métropoles pour transporter des marchandises plus classiques. Un réseau dense et complexe est apparu dans un coin de la carte. Cependant, ils m’ont laissé seul pendant un moment sur 3 métropoles qui vont me permettre de vivoter. Puis profitant un peu d’une incursion de Thomas en direction des montagnes, nous (car ce fut presque un travail d’équipe) sommes parvenus de l’autre coté des Appalaches pour essayer de profiter nous aussi de la manne charbonnière…mais un peu tard, faut bien le dire.

Les scores sont éloquents : 50 points d’écarts entre le premier, Tyrion (159) , et le second, Thomas (109). Ah oui, ça fait mal…et avec 87 pour moi et 70 pour Magicnes, on peut dire que nous finissons loin derrière.

Donc, sur la carte de Pennsylvanie, il ne faut pas laisser un joueur quasiment seul sur le charbon. Certes, on n’est pas tombé de la dernière pluie (abondante hier soir) à AOS, et on s’en doutait bien. Mais les investissements nécessaires font froids dans le dos au début…de plus, il y a un axe privilégié me semble-t-il, qui permet de rentrer plus facilement dans vos frais, et cet axe là, c’est Tyrion qui s’en était emparé le premier.

En revanche, j’ai réalisé en cours de partie qu’il y avait un autre passage intéressant (celui que nous avons emprunté, Thomas et moi, mais vers la fin), et que j’aurais du chercher à exploiter plus rapidement, en étant moins frileux sur les emprunts ; Finalement, les métropoles rapprochées jouent un peu le rôle de leurre : Il ne faut pas les ignorer, naturellement, mais elles vous entrainent progressivement dans la facilité et dans la tentation de rester dans leurs environs…elles doivent juste servir de tremplin.

De plus, je pense aussi que c’est une carte ou il peut-être judicieux, à la différence d’autres cartes, de ne pas craindre de « saucissonner » votre réseau, en construisant même une seule liaison dans « une route du charbon » semble t-il promise à un autre joueur, et en rendant évidemment le contournement difficile ou trop couteux. Si nous avions tous agit ainsi, le collègue Tyrion n’aurait pas eu autant de bénéfices (que nous aurions pu diviser entre nous)…Songez qu’il a fait le tour de la piste de revenu quand même !

Malgré cette partie à sens unique, j’ai bien aimé cette carte de Pennsylvanie, qui s’avère passionnante maintenant que j’y songe, surtout que nous en connaissons maintenant les pièges et les options stratégiques. Cela dit, je crois qu’il est préférable, quand on y joue pour la première fois, d’y jouer d’abord à 3.

A mardi prochain pour de nouvelles aventures ageofsteamiennes ?