Brass: Birmingham

26 août 2018 | par Le Zeptien

Spécifications de la partie


Nombre de joueurs
4
Date
26 août 2018
Durée
2 h 40

Spécifications du jeu


Nombre de joueurs
2 à 4 joueurs
Âge
à partir de 14 ans
Durée
60 - 120 minutes
Date de sortie
2018
Auteur(s)
Martin Wallace, Gavan Brown, Matt Tolman
Illustrateur(s)
Lina Cossette, David Forest, Damien Mammoliti

Scores

# Nom Score
1 Le Zeptien 128
2 Pierre 116
3 Bloodyraoul 114
4 Zhor 111

Photos

Réagir à cette partie de jeu

Il y a 1 commentaire

Le Zeptien
By Le Zeptien | 26 août 2018 12:09

Hier soir au club, deux parties de Birmingham se sont jouées en paralléle sur des tables adjacentes, et naturellement, j'étais à l'une de ces tables pour disputer une partie config 4. Concernant mes adversaires, deux d'entre eux connaissaient Brass depuis longtemps, le troisième avait découvert le jeu récemment. Les explications de règles furent donc relativement courtes. Evidemment j'avais lu des commentaires et regardé la vidéo de monsieur Chaps,  j'étais déjà préparé... et pour vous "culturer",  sachez que  Birmingham est la ville natale de Tony Lommi et Ozzy Osbourne (Black Sabbath of course), de Nick Mason (le batteur/bidouilleur de sons des Floyds... vous êtes autorisés à vous prosterner) et pour les plus jeunes, de Felicity Jones, pour moi à jamais Jyn Erso de l'épique Rogue One... blush

Heu... c'est aussi la ville natale de Barbara Cartland, cela fera plaisir à Blue qui est un grand lecteur des bouquins de la collection Arlequin  (une indiscretion de Loïc ou de Krissou, je sais plus...)cheeky

 

Evidemment, la perspective de jouer à ce jeu présenté comme étant une" bombe ludique" bien inspiré de ce monument qu'est Brass restait la motivation principale. J'ai affiché un petit sourire en apercevant les plateaux individuels, ainsi que les jetons caisses de marchandises : "Oh ! Un clin d'oeil à Age of Industry...". J'ai alors repensé à monsieur Pyjam, grand défenseur de AOI.

Pour l'anecdote et pour les connaisseurs, j'avais pour cette partie comme jeton ordre du tour celui de John Stephenson... oui, le Stephenson's Rockett de Reiner Knizia

 

Un brin tendu, j'ai longuement hésité avant de jouer ma première action, comme chacun des autres joueurs d'ailleurs. C'est qu'il faut d'abord se repérer sur ce nouveau (et beau) plateau, bien observer les demandes des différents marchés, les liaisons possibles en période canal, l'ordre des bâtiments sur le plateau individuel, ce qu'ils exigent, ce qu'ils rapportent  etc... bref, des problématique bien connues à Brass, mais pour les vétérans, il faut se méfier des automatismes acquis depuis longtemps.

 

Un jeu dans lequel on brasse... comme dans le Bien et le Malt. 

Pour moi, la grande nouveauté sur le plan mécanisme, c'est naturellement le système commercial et le rôle de la bière. Cela implique de nouvelles contraintes et des enjeux différents de celui du système des ports de la version Lancashire. Notons aussi la disparition du tirage aléatoir de tuiles sur le marché extérieur, un aspect  qui dérangeait même parfois certains amateurs de Brass. Bref, étant un "brassiste" de la première heure, j'ai été enchanté de devenir également un brasseur birmingamien (ou gamois)...on pourrait même dire birnmingameur... (votre avis ?)

 

A la fin de la période canal, voici les scores :

Canaux : Pierre 27 pts, Bloodyraoul 22 pts, Le Zeptien 17 pts, Zhor 11 pts.

Bâtiments (+ pts première vente) : Le Zeptien 26 pts, Zhor 18 pts, Pierre 18 pts, Bloodyraoul 15 pts.

 

Scores de la période des canaux : Pierre 45 pts, Le Zeptien 43 pts, Bloodyraoul 37 pts, Zhor 29 pts.

 

Parmi les nouveautés, je n'ai pas touché à la poterie. Pas par timidité, mais devant tous ces changements, je me suis dit qu'il n'était de toute manière pas possible de tout faire. Alors je me suis lancé avec passion sur le développement de la sidérurgie, un peu de charbon, un peu de bière et des marchandises. Je n'ai pas joué l'action double-rail et je n'ai pas pris de cartes "joker" (je ne sais plus comment on les appelle) une nouveauté très interessante (par rapport à l'action "deux cartes" du jeu de base) mais étrangement, les autres joueurs n'y ont pas touché non plus.

J'ai juste un (tout) petit regret : j'aimais bien la tension sur la possibilité d'emprunt et cette limite fixée en fonction du nombre de tour restant. Sur ce plan, Birmingham à un autre point commun avec AOI. Maintenant, je sais que certains joueurs pensaient que cette contrainte n'apportait pas vraiment quelque chose de fondamental, nuisant même un peu au jeu...ce n'était pas mon avis mais bon... A ce sujet, j'ai emprunté deux fois (un emprunt en canal, un emprunt en rail) et j'ai fini...riche, malgré un revenu maximal de 13 £. Je me suis demandé si je n'avais pas fait un emprunt de trop...

A l'avant-dernier tour, j'ai réalisé que je pouvais jouer une petite fourberie au dernier tour, à condition de jouer en premier. Je vais consacrer mes deux actions à poser deux rails (c'est toujours bon pour le décompte final), mais en restant le moins dépensier. Et donc, je vais poser à ce dernier tour une usine niveau V, qui demande 2 tonneaux de bière pour être vendue... et il en restait justement plus que 2 sur le plateau... j'ai entendu quelques couinements suite à ma dernière action, qui consistait à vendre évidemment...devil

 

Scores de la période Rails :

Rails : Pierre 45 pts, Le Zeptien 37 pts, Zhor 33 pts, Bloodyraoul 32 pts.

Bâtiments (+ pts première vente) : Zhor 49 pts, Le Zeptien 48 pts, Bloodyraoul 45 pts, Pierre 26 pts

Soit : Le Zeptien 85 pts, Zhor 82 pts, Bloodyraoul 77 pts, Pierre 71 pts.

 

Et donc : Le Zeptien 128 pts, Pierre 116 pts, Bloodyraoul 114 pts, Zhor 111 pts.

Très serré ! Mais bon, je vous le cacherai pas, j'étais ravi !smiley

 

Bien, vous l'aurez peut-être ressenti en me lisant, j'ai trouvé cette nouvelle version vraiment bien.  Je suis même  É-PA-TÉ !

La qualité d'édition, les nouveaux éléments, les nouveaux points de règles, tout ça... Comme quoi, le Maestro, quand il veut (et ne refuse pas un peu d'aide), en a encore dans le coffre ! J'ai vécu intensément cette partie tout en suivant avec attention celle qui se jouait derrière. 

 

Alors Il y a déjà des réserves émises sur la bière qui scripterait un peu le jeu. C'est possible, mais seule une certaine pratique avec des nombreux retours d'expériences  diront effectivement si ce système impact un peu trop le déroulement des parties de Birmingham.

En ce qui me concerne, j'en suis pas à se degré de réflexion, mais je reste attentif aux futures analyses.  Perso,  je pense que pour le moment, je n'ai fait qu'effleurer les nouvelles possibilités offertes par ce Birmingham.