Celtica

5 /10 (1 notes)

Accompagnez cinq druides dans leur recherche d'amulettes magiques !

Votre note

Votre avis Enregistrer une partie

Description

Faites escale dans un maximum de châteaux forts et de cloîtres pour parvenir aux amulettes convoitées mais évitez les ruines car elles sont occupées par les Vikings! Celui qui possédera le plus grand nombre d'amulettes, pourra se faire appeler le souverain des Celtes" (texte éditeur)

Celtica est un jeu de parcours qui allie chance, tactique et bluff.

Les joueurs incarnent des Druides qui tentent de reconstituer une amulette sensée protéger le peuple celtes des invasions vikings.

Spécifications


Nombre de joueurs
2 à 5 joueurs
Âge
à partir de 8 ans
Durée
45 minutes
Mécanismes
Parcours
Thèmes
Antiquité, Fantastique
Date de sortie
1 janv. 2006
Auteur(s)
Wolfgang Kramer, Michael Kiesling
Illustrateur(s)
Eckhard Freytag
Editeur(s)
Ravensburger

avatar

A la cueillette de champignons

| 18 mai 2017 | Meeeuuhhh
Type de jeu : Dont le thème aurait très bien pu être la cueillette des champignons Nombre de parties jouées : 2 (dont une avec M. Le Docteur Mops, ça compte triple) Avis compendieux : Sur mes deux parties (oui, oui, je sais, c’est pas beaucoup), dont une à 3 (avec M. Le Docteur Mops, donc) et l’autre à 5, j’ai nettement préféré celle à 3 ; pas parce que j’ai gagné, non (oui, madame, j’ai gagné M. Le Docteur Mops, ah oui ? Racontez-moi ça ; oui, oui, mais plus tard), mais parce qu’on a plus de contrôle sans doute. Parce que ce n’est pas un jeu où il faut espérer tout contrôler, non, c’est un jeu de parcours divertissant, tactique (au sens de pas stratégique), où il faut un peu bluffer et très fluide ; mais où on peut se retrouver dans des situations très embarrassantes sans trop en être coupable. Rigolo, quoi, quelque part. Mais je n’en ferai pas des tonnes non plus. Un jeu familial, ou pour dévergonder des joueurs non avertis, initiatique pourrait-on dire (ça vient peut-être de là, le thème). Clarté des règles (4) : Je ne les ai jamais lues, seulement ouïes, mais elles sont simples et efficaces, avec nul petit point qui vient sortir de derrière les fagots pour pourfendre le joueur qui se curait le nez pendant les explications : un jeu des familles, quoi (ce qui n’enlève rien au fait qu’il ne faut pas se curer le nez pendant l’explication des règles, non, il ne faut pas, surtout en famille). Qualité du matériel (4) : Le plateau est très joli ; les cartes sont très jolies ; les tuiles qui servent à faire les amulettes sont très jolies. Mais alors les druides ?? Où ont-ils donc vu que les druides ressemblaient à des topinambours ? D’autant plus que ceux qui sont représentés sur les cartes n’y ressemblent pas, eux… Reflet du thème (1) : Je verrai donc bien aussi comme thème la cueillette aux champignons de la famille de la mère Michel : la mère Michel (en rouge, bien sûr) irait se promener en forêt avec ses petits enfants et monsieur Michel (en blanc, gris, marron et noir respectivement dans l’ordre que vous voulez) : ils ramasseraient les champignons (les amulettes) et parfois, argh, ils tomberaient sur des champignons vénéneux (les Vikings), alors forcément, ils en tomberaient le panier (oui, j’utilise tomber de façon transitive, si ça vous gêne, dites-le moi), mais ils apprennent à reconnaître peu à peu les mauvais champignons (les cartes expérience) et bref, à la fin le but est de faire la plus belle omelette avec pleins de champignons différents. Ou de les préparer en soupe, selon les goûts. Donc, on résume : dans ce jeu, les druides sont en fait des topinambours, les Vikings des champignons vénéneux et les amulettes des champignons bons. Evidemment, l’esthétique de la boîte de jeu en prendrait pour son grade : la mère Michel qui étend la main façon boyzband, non, ça en jette moins que la druidesse qui étend la main façon boyzband (ou boyzbandesse plutôt)… Avis comportant ratiocinations et autres superfétations : Oui alors donc, j’étais donc assis au festival de Cannes (oui, parce qu’en plus c’était au festival de Cannes, cette histoire, pas celui de cinéma, non, le vrai, celui des jeux bien sûr) avec mon beau-frère et on allait commencer une partie de Celtica, parce que bon voilà, il nous avait fait de l’œil sans doute (elle est quand même jolie la druidesse, enfin, j’espère que c’est pas elle qui a accroché mon beau-f, sinon je m’en vais te raconter tout ça à ma sœur, je ne donne pas mes sœurs à n’importe qui, enfin bon bref) et on se demandait « si ça serait pas mieux à plus de deux quand même par hasard ». Et là, paf, tout d’un coup, je vois M. Le Docteur Mops qui arrive en faisant une glissade et qui atterrit sur la chaise en face de moi, là, paf (donc), tel Superman qui vient sauver des joueurs esseulés. Du coup, on nous explique les règles, pof pof, on fait la partie, pouf pouf, moi je me disais tiens, ce doit être M. Le Docteur Mops parce que je n’étais pas vraiment sûr, voyez-vous, alors je lorgnai sur son étiquette autour du coup et oui c’était bien lui, et là, sur ces entrefaites, voilà-t-il pas que M. CROC rapplique susditement également. Etonnant, non ? Bon, ces deux grands de ce monde discutent et nous on en profite pour tricher, comme de bien entendu, mais non allons donc, qu’allez-vous penser là. On finit la partie, tout ça, il nous salue d’un « C’est un bon petit jeu familial » ou un truc dans le genre et hop, tel un génie qui rentre dans sa lampe, il disparaît. Etonnant, non ? Bon, on a souvent reproché à ce jeu de n’être pas à la hauteur de ses frères aînés par les mêmes auteurs. Bon, oui, d’accord, sans doute, mais il en faut pour tous les goûts et dans le genre il est quand même assez bien réussi et puis un auteur de jeu n’est pas obligé de se cantonner (oui, comme le riz) à un type de jeu, hein, bon, c’est des artistes aussi, ces gens-là, est-ce que je reproche à Black Rebel Motor Cycleclub de nous avoir fait un troisième album plutôt blues tranquille après nous avoir donné deux albums plus rageurs ? Oui ? Mais non, je plaisantai, quand je disais ça (ben oui, quoi, on peut plaisanter, non ? Bon). Ben là c’est peut-être pareil, les auteurs ont peut-être eu une envie de légèreté et de toucher un autre public afin de les attirer vers d’autres jeux. Ou alors ils avaient vachement envie d’un jeu où des topinambours ramassent des champignons et ils l’ont fait. Ce n’est qu’après qu’on leur a dit (l’éditeur, sans doute) : « Euh, vous ne voudriez pas plutôt remplacer les topinambours par des druides et les champignons par des amulettes ? ». Mais les auteurs sont têtus, ils ont tenus bon : les topinambours sont restés, on les appelle druides, voilà tout. Sinon, les champignons, vous les préparez comment, vous ? Soupe ou omelette ?
Voir plus d'avis
Voir plus d'articles