Ikasamage!

Imaginez des combattants s'affrontant dans une arène : dragons, gobelins, squelette : il y en a de tous les genres. Et parmi les personnes pariant sur l'issue des combats se trouvent des magiciens, que les joueurs vont incarner. Ces derniers ont malheureusement eu la même idée : parier de grosses sommes et user de leurs sortilèges pour assurer la victoire de leurs protégés.

Vont s'ensuivre des combats d'anthologie...

Votre note

Votre avis Enregistrer une partie

Description

Une partie se joue en trois manches, chaque manche représentant un combat dans l'arène.

Lors d'une manche, on va piocher cinq cartes combattants que l'on va placer de sorte à pouvoir leur attribuer facilement un numéro. Puis, on pioche une carte "arbitre". Chaque joueur va se voir attribuer 5 cartes paris et un nombre de cartes sorts (de 5 à 8 ) variant selon le nombre de joueurs participants.

Une fois avoir pris connaissance des sorts possédés, les joueurs vont jouer face cachée une ou plusieurs de leurs cartes pari. Chacune de ces cartes possède une valeur de 1 à 5, chaque numéro correspondant à un des combattants.

Si vous placez une seule carte pari et que le combattant en question est le vainqueur du combat, vous remporterez le double de ce qu'il rapportait (sachant bien entendu qu'il y a des côtes, et que vous avez plus à gagner en pariant sur un gobelin que sur un dragon... mais bien entendu, le pari est à la base plus risqué).

Si vous placez deux cartes pari et que le vainqueur se trouve finalement sur une de ces deux paris, vous remporterez la somme indiquée sur la carte de ce combattant.

Enfin, si vous jouez trois cartes pari, en cas de victoire d'un de vos pari, vous ne remportez que la moitié de la valeur de cette carte combattant.

Ne reste plus ensuite qu'à faire démarrer les hostilités...

Le premier joueur joue une carte de sa main et la place sous la colonne du combattant visé. Les cartes "enchantement" sont placées face cachée, tandis que les cartes de sorts direct sont dévoilées de suite. Enfin, les sorts de soutien sont généralement dévoilés et activés de suite, ciblant souvent plusieurs combattants.

Une fois que le joueur a joué sa carte, on passe au joueur suivant. Chacun peut décider de passer pour conserver des sorts pour les manches suivantes, mais ne peut alors plus jouer pour la manche en court.

Quand tous ont passé, on vérifie que la quantité de mana (la somme des puissances des sorts) jouée sur chaque combattant ne dépasse pas la limite imposée par l'arbitre. Si elle dépasse, selon le juge, les sorts peuvent être défaussés, ou pire encore : le combattant disqualifié !

Une fois ceci fait, on calcule les forces de chacun et on désigne ainsi le vainqueur. Les joueurs ayant parié pour ce combattant gagnent des points (de l'or) en fonction du nombre de paris qu'ils avaient posé, comme expliqué plus haut. Les joueurs piochent ensuite 3 ou 4 cartes sorts (en fonction du nombre de participants), sans dépasser la limite de cartes en main. Ils peuvent, avant de piocher, décider de se défausser de cartes s'ils le souhaitent.

A la fin de la troisième manche, le joueur ayant le plus de points l'emporte. Le nombre de sorts resté en main départage les éventuelles égalités...

Spécifications


Nombre de joueurs
3 à 6 joueurs
Âge
à partir de 10 ans
Durée
30 minutes
Mécanismes
Objectif secret, Gestion de main
Date de sortie
1 janv. 2008
Auteur(s)
Seiji Kanai
Illustrateur(s)
Noboru Sugiura
Editeur(s)
Japon Brand

Voir plus d'avis
Voir plus d'articles

La règle du jeu...

PDF | 8 août 2013 | Ajouté par limp
Voir plus de fichiers Proposer un fichier

Dans la même série

Cheaty mages

Cheaty mages

  • 3 à 6 joueurs
  • à partir de 10 ans
  • Sortie : oct. 2013
En savoir plus