Struggle of Empires

9 juin 2008 | par Le Zeptien

Spécifications de la partie


Nombre de joueurs
5
Date
9 juin 2008

Spécifications du jeu


Nombre de joueurs
2 à 7 joueurs
Âge
à partir de 12 ans
Durée
180 minutes
Mécanismes
Enchères, Conquêtes, Hasard, Affrontement, Négociation, Tuiles, Points d'action, Majorité
Thèmes
Colonisation, Guerre
Date de sortie
1 janv. 2004
Auteur(s)
Martin Wallace
Illustrateur(s)
Peter Dennis
Editeur(s)
Warfrog

Scores

# Nom Score
1 Meeeuuhhh 52
2 Le Zeptien 37
3 Thierry 61
4 5-et- 1-cube 46
5 Thierry C 41
Réagir à cette partie de jeu

Il y a 1 commentaire

Le Zeptien
By Le Zeptien | 9 juin 2008 00:00

Enfin ! Nous l'avons faite cette partie dont nous repoussions à chaque fois l'échéance pour cause de non présence au même endroit et en même temps des protagonistes interessés; Car il faut bien le dire, il faut des gens motivés pour s'embarquer avec Wallace dans Struggle Of Empire, tant le jeu est exigeant sur le plan de régles et du temps pour y jouer.

C'était néanmoins ma 3ième partie de SoE (après une partie-test config 3 et une partie config 5)...

......................et ce fut evidemment passionnant.

Thierry se décide pour diriger la Prusse, moi les Britanniques, Meeeuuhhh les Provinces Unies, Thierry C l'Espagne et 5-et1-cube la France. Par un tirage au sort, on place sur la carte les premiers marqueurs d'influence, puis les tuiles représentant des populations plus ou moins amicales, avec parfois des marqueurs de populations inoffensives, et autres marqueurs dont le rôle serait trop long à expliquer ici. On place ensuite à tour de rôle nos premières unités militaires (Infanterie, fort ou navires)...et arrive le moment attendu et plein de tension pour décider aux enchères qui sera avec qui...et donc qui sera contre qui. Il y a 3 grands tours (appelés "War") à Struggle, et cette opération est renouvellée à chaque début d'un nouveau grand tour.

Pour cette partie, les alliances vont-être (plus ou moins volontairement) stables, puisque du début jusqu'à la fin, pour les 3 "Wars", nous avons eu d'un coté Provinces Unies, GB, France contre Prusse, Espagne. Il est amusant de constater que systématiquement, c'est le sort de la France qui fut en question...les autres nations se disputant l'alliance de la France pour ne pas être dans l'alliance "minoritaire" (formidable tension du jeu quand on joue en nombre impair). Tout cela était evidemment conditionné par la situation sur la cartes, en Europe ou dans les colonies, chacun ayant des intérêts différents de pouvoir affronter A plutôt que B, en évitant d'avoir aussi C ou D pour ennemi...bref, un jeu d'intérêts subtils là encore, trop long à expliquer ici.

Arrive ensuite les 10 actions par grand tour auquel à droit chaque joueur, en les jouant 2 par 2 (un joueur joue 2 actions, puis c'est au suivant, etc...5 fois.) L'ordre de tour est important pour certaines tuiles, ou pour frapper le premier, et là encore, ces fameuses enchères (qui n'empèchent pas la négo, bien au contraire..) ont joué un rôle important. Je rappelle que si les nations partent avec les mêmes caractèristiques, on peut les "customiser" par l'achat de certaines tuiles, pour avoir plus de capacité militaires dans un domaines, se déplacer avec moins de risque, avoir moins d'insatisfaction de la population (à cause des impôts ou des défaites militaires), pour améliorer ses revenus, s'allier avec des populations locales, provoquer des révoltes d'esclaves ou de pirates (chez les autres évidemment), etc...bref, plein de capacités bien utiles...mais en nombre limité. Donc faut pas trainer pour l'achat de certaines, mais cela se fait évidemment au détriment d'une autre action sur le terrain.

Alors en gros, que s'est-il passé ? Français et Prussiens vont assujetir la plupart des populations en Europe et s'affronter durement, GB et Provinces Unies sont plutôt parties chercher fortunes dans les colonies, et l'Espagne fit un peu les deux. Les conséquences furent que le prussiens parvint à dominer quelques régions d'Europe importantes, mais se fit presque expulsé de l'Amérique du nord. De rudes combats contres les populations locales en Est Indies mais aussi en Afrique (délaissée pendant les deux-tiers de la partie pour cause d'absence d'intérêt à s'y rendre) contre des populations de force...1 (!) furent la cause de désastres militaires pour la GB et les Provinces Unies (qui n'ont pas eu de problème en revanche en Amérique du Sud et dans les Caraïbes, empochant donc régulièrement des points), avec un peu plus de réussite pour l'Espagne cependant. Ailleurs, l'empire Ottoman fut inviolé, en raison d'une forte population hostile (des jetons puissance 5 et 3), et seules les Provinces Unies vont s'y aventurer à la fin (avec succès, empochant 4 point bien mérités). Mais la Prusse était trop puissantes en Europe (avec pas mal de point à la cléf)...et sa victoire finale fut assez logique...a noter que la GB perd 7 points à la fin pour cause de mécontentement de la population le plus élevé (rappelons qu'à 20 ou plus, le joueur perd la partie quel que soit son score...les Britaniques étaient à 12 points d'insatisfaction), la France et les PU perdent 4 points (second plus mauvais ratio d'insatisfaction).

Les provinces Unies vont se plaindre du manque de bol sur certains jets de dés...mais finisent en deuxième position. Les combats contiennent une part de hasard (pondéré) indéniable (et j'ai été victime de coup du sort en East Indies, en Afrique avec des attaque raté à 2 et 3 contre 1, ainsi qu'en amérique du Nord), un hasard qui est selon moi un peu plus important que dans un jeu comme Byzantium...mais ce n'est pas ce qu'il faut retenir de ce jeu qui nous a montré beaucoup de subtilités qui nous avaient échappés lors des parties précédentes. D'ailleurs, Les prussiens ont semble-t-il pas tant combattu que ça...mais se sont bien défendus lorsqu'ils furent agressés,leurs adversaires s'épuisant un peu contre eux. Et puis l'aléa fait partie de la guerre, qui en plus coute chere ! (Le manque d'argent fut d'ailleurs pour moi un problème assez lourd pendant toute la partie).

Très réaliste tout ça...

L'évolution des scores fut la suivante :

PU : 19-34-52

GB : 18-30-37

Prusse : 16-37-61

Espagne : 11-24-41

France : 14-30-46

Belle partie, prenante, à suspense, sur une formidable jeu de Wallace ! Que dire de plus si ce n'est que j'ai évidemment envie de revenir un jour pour une 4 ième fois sur ce jeu épique, qui propose des choses réalistes sans avoir la lourdeur de certaines simulations trop pointues, un jeu dont le charme des alliances aux enchères constitue un grand moment de tension et de suspense (surtout donc en nombre impair de joueur), un jeu qui peut se jouer jusqu'à 7 (avec des alliances à 4 contre 3...ça doit être terrible ! mais les config 4 et 6 doivent être tout aussi passionnantes), un jeu qui propose beaucoup de choix avec son lot de surprises qui donne l'impression de vivre une véritable aventure avec la nation que l'on mène.