Keyforge : le jeu de cartes qu’il ne faut pas forger

Keyforge est un jeu de cartes, dans le même style que Magic, où deux joueurs s’affrontent. Ces deux jeux sont du même auteur, Richard Garfield, mais ont une grande différence : il ne faut plus construire son deck !

En effet, pour ceux qui ne connaissent pas Magic (ou Yu-Gi-Oh, Pokémon,...), il s’agit de jeux de cartes évolutifs, dans lequel on peut construire un deck en achetant des paquets de cartes aléatoires supplémentaires. Avec ses nouvelles cartes, si on avait la chance d’avoir celles dont on avait besoin, on pouvait passer des heures à adapter son deck pour qu’il y ait à l'intérieur les meilleurs cartes, les meilleurs combos,...

Dans Keyforge, ce n’est pas le cas. On pourra acheter des Decker, mais chaque deck est unique et il faudra s’adapter à celui-ci et apprendre à jouer avec. Et si vous en avez marre ou si vous avez envie de changement, vous pourrez acheter un nouveau deck, aléatoire, unique et tout fait. Enfin, plus besoin de se ruiner pour avoir les cartes que l’on veut (quoique) et surtout de passer des heures à essayer de créer un deck viable et puissant.

J’ai eu l'occasion d’y jouer, je vous propose donc d’en savoir un peu plus :)

Le principe du jeu

Les différentes factions

Les différentes factions

Keyforge propose donc des Decks uniques et chaque deck comprendra 3 factions de cartes sur les 7 factions possibles : Brobnar, Dis, Logos, Mars, Sanctum, Shadows et Untamed. Bien entendu chaque faction possède une grande quantité de cartes différentes et un petit algorithme crée les decks uniques qui seront disponibles. Vous pourrez bien entendu croiser les mêmes cartes dans plusieurs decks, mais vous ne trouverez pas deux decks identiques. En tout cas, c’est ce qui est annoncé.

Le but du jeu est d’être le premier à forger trois clés. Pour se faire, vous avez besoin d’ambre et vous pourrez en obtenir à l’aide de différentes actions.

Le tour d’un joueur se déroule en 5 étapes :

  1. Forger une clé : si le joueur a 6 ambres en stock, il doit forger une clé. Le nombre d’ambres nécessaires peut varier en fonction des cartes en actions.

  2. Choisir une faction : vous devez choisir et annoncer la faction que vous allez jouer ce tour ci.

  3. Jouer, défausser et utiliser les cartes de la faction choisie.

  4. Placer ses cartes en mode « prêt ». Chaque carte qui rentre en jeu ou qui est utilisée est tapée, c’est-à-dire couchée. Après vos actions, toutes vos cartes sont redressées, c’est ce qu’on appelle le mode « prêt ».

  5. Piochez des cartes : vous piochez autant de cartes nécessaires pour en avoir 6 en main.

Certaines cartes, quand vous les faites entrer en jeu (que vous les jouez de votre main) ont un bonus d’ambre. Du coup, quand vous les jouez, vous recevez directement le nombre d’ambres indiquées.

Lorsque vous jouez une créature qui a déjà été mise en jeu (donc qui est prête à être utilisée), vous pouvez soit récolter de l’ambre, soit combattre une autre créature, soit utiliser une action indiquée sur la carte.

Pour les combats, c’est simple vous infligez autant de dégâts que votre force à la créature ciblée moins sa défense et, elle riposte, en vous infligeant autant de dégâts que sa force. Donc, si vous attaquez une créature de force 2 qui n’a pas de défense, avec une créature de force 4 sans défense également, vous infligez 4 de dégâts et donc la créature est défaussée et vous recevez 2 dégâts.

Il y a également des cartes upgrades qui vous permettent d’améliorer une créature et des cartes artefacts qui peuvent être activée ou avoir différents pouvoirs.

Après, il n’y a plus qu’à suivre les indications sur les cartes.

La boîte de base contiendra tous les tokens nécessaires pour jouer, deux deck d’initiation spécialement conçus pour apprendre à jouer et deux decks aléatoires uniques.

Mon impression

J’ai eu l’occasion de découvrir le jeu grâce à un ami. Le jeu en lui même est sympa. Il faut un peu découvrir les possibilités de son deck et le type de pouvoirs de chaque faction. Il faut également découvrir les combos possibles.

Cependant, certains decks peuvent être impossibles, ou du moins très difficiles à vaincre. On voit clairement qu’on peut se retrouver face à une situation où le deck qu’on possède ne pourra pas contrer celui de l’adversaire. Il n’a pas les armes nécessaires.

Résultats, même s’il n’y a plus besoin de construire un deck et d’acheter des paquets de cartes pour espérer l’améliorer, on se retrouve avec un effet similaire, où on va acheter plusieurs decks jusqu’à trouver celui avec lequel on se sentira à l'aise et où on pourra jouer face à ses adversaires. Il n’y a rien de plus frustrant que de jouer à deux à un jeu, et de toujours perdre contre la même personne juste parce qu’on n'a pas les cartes nécessaires pour lutter. Du coup, on retrouve quand même le côté collectionnite  aiguë et le risque de gouffre financier qui va avec.

Maintenant, j’ai quand même apprécié le jeu en lui même, mais vu le côté aléatoire des decks, je pense qu'à terme je n’investirai jamais dedans. J’y jouerai avec plaisir mais sans plus.

Au final, même si le temps à passer à construire son deck dans les autres jeux du même style était fastidieux, ça permettait de se constituer un deck qui nous représentait et avec lequel on se sentait bien, même si tout n'était pas optimal.

Réagir à cet article

Il n'y a aucun commentaire