Venetia ha Venetia...

C'est quand même fou le nombre de jeux qui sortent. C'est fou le nombre de jeux qui ont l'air intéressant comme ça, à la lecture des règles. Après, bon, faut y jouer, mais là, c'est totalement fou d'imaginer pouvoir jouer à tout. Il n'empêche, il y a des jeux qui attirent l'attention, parce que par exemple, on voit qu'ils sont édités dans toutes les langues... Toutes ? Non ! Un petit pays d'irréductibles...Ben oui, toutes, sauf le français.

Pfff.

Venetia par exemple, sorti en hiver dernier, en allemand, italien, espagnol, anglais... mais rien n'indique qu'une traduction frenchie ne débarquera sur nos terres. C'est un peu frustrant je trouve. Pourquoi que tout les copains européens ils pourraient y jouer et pas nous d'abord ?

Pitchetta

Dans Venetia les joueurs s'affrontent pour devenir la famille noble la plus prospère et la plus influente de l'histoire de la Sérénissime. Depuis son essor au IXe siècle à son déclin et sa chute pendant le XVIIIe, les joueurs prennent part à l'âge d'or qui a vu la ville devenir Reine de la Méditerranée.

Aux manettes, les italiens Marco Maggi & Francesco Nepitello qui avaient déjà traficoté ensemble à l'époque Age of Conan: The Strategy Board Game et de Marvel Heroes. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils ont changé de style. Je m'en vais vous en dire plus, grâce à une traduction libre et désinvolte de ce qu'on trouve sur BGG 100% produite par mes petites mains agiles ( oui c'est mes mains qui traduisent toutes seules ).

"Venise, Venise, qui pourra nous faire oublier Venise !"

Chaque joueur contrôle un ménage patricien en lice pour le pouvoir contre d'autres familles influentes. Pour gagner pouvoir et fortune ( autrement dit les fameux petits points de la victoire ), les familles étendent leur influence en dehors de la ville en envoyant des représentants sur les marchés étrangers. Comme leur autorité se propage, la puissance de Venise augmente en conséquence, et les villes et les ports éloignés tombent sous la domination de la Sérénissime. En attendant, puisque ça ne suffit pas à les occuper, les joueurs s'affrontent au sein de la ville pour le titre convoité de Doges -le chef du gouvernement- , dépensant les ressources et les Ducati ( le pèze ) pour gagner en popularité.

"Laisse les gondoles..."

Mais vous le savez, l'hégémonie de Venise sur la Méditerranée est menacée par de nombreux ennemis ... La République doit faire face à la montée des puissances concurrentes comme la grande rivale incarnée par Gênes mais aussi le royaume d'Aragon à l'ouest ou l'Empire romain d'Orient, et puis les Turcs à l'est. Bref. Siècle après siècle, les joueurs prendront part à toute l'histoire depuis l'ascension jusqu'à la chute de la République de Venise.

En effet, le jeu est joué à travers trois époques : l'essor, l'apogée et de les luttes finales. Il y a même une piste sur le plateau pour signaler le passage du temps. Les joueurs marquent des PV à la fin de chaque époque et le joueur avec le meilleur score à la fin de la partie... gagne ! Si !

Ce qui est assez impressionnant, c'est les détails de la carte. Elle représente la région méditerranéenne avec dix régions terrestres et huit zones maritimes. Chaque zone de terre présente trois colonies mineures et une colonie majeure, et les zones maritimes ont chacune une valeur. Pendant le jeu, les joueurs occupent les colonies et les zones maritimes avec des cubes d'influence, et marquent la possession d'une colonie avec des jetons "Podestà" ; les zones maritimes peuvent être parfois contrôlées par Venise elle-même ou par la flotte d'un ennemi.

"Aucun coin de la terre n'a donné lieu, plus que Venise, à cette conspiration de l'enthousiasme."

Les phases de scoring arrivent au hasard, mais avec une certaine dose de prévisibilité tout de même, car elles sont entraînées par ce qui est sur les cartes Menaces tirées pendant la partie... ainsi les joueurs auront intérêt à bien planifier leurs stratégies. Force sans prévoyance, peu avance, comme disait l'autre.

Trois scoring ont donc lieu pendant le jeu, et les joueurs gagnent des points pour leur influence dans les colonies majeures ou mineures et pour les jetons Podestà sur la carte ; en outre, les joueurs gagnent des points pour les jetons qu'ils ont recueillis en étant le Doge. A la fin du jeu, les joueurs gagnent des points pour le nombre de différents traités qu'ils ont obtenus -à savoir des jetons Royaumes recueillis pendant le jeu.

"Dans Venise la rouge, - Pas un bateau qui bouge, - Pas un pêcheur dans l'eau, - Pas un falot."

Le mécanisme de base implique l'utilisation de dés d'action -quelque chose que nous avons déjà vu utilisé par Maggi et Nepitello-. Cette fois, les joueurs utilisent sept dés d'action de trois couleurs - or, argent et bronze - chaque dé ayant 2, 2, 3, 3, 3, 4 sur leurs faces. Les 2 ont aussi une carte blanche de représentée, ce qui signifie que vous pouvez jouer une carte action ; tandis que les 4 ont une carte rouge pour montrer que tous les autres joueurs peuvent jouer une carte action. Le numéro indique les points d'actions qu'un joueur peut avoir à son tour. Les actions sont utilisées pour placer des cubes d'influence sur les zones maritimes ( tant qu'elles ne sont pas sous le contrôle de Venise ) ou pour agir dans les colonies déjà connectées à Venise par une route maritime.

• Les dés "or" sont utilisés pour prendre des mesures commerciales, permettant de placer de l'influence sur une ou plusieurs colonies différentes.

• Les dés "bronze" sont utilisés pour des actions politiques, en plaçant un ou plusieurs cubes dans une seule colonie.

• Les dés "argent" représentent quant à eu les actions militaires qui sont plus flexibles parce que vous pouvez placer des cubes d'influence dans une ou plusieurs zones mais leur nombre dépend des tuiles de combat que vous jouez. Les actions militaires peuvent également être utilisées pour détruire les flottes ennemies qui bloquent les zones maritimes.

Parlons un peu des cartes.

Autour de ce mécanisme à base de dés, vous avez 45 cartes Action qui offrent aux joueurs des stratégies différentes et permettent le vote pour l'élection du Doge, qui semble un élément important de la partie. Chaque joueur a également un même set de cartes de famille avec des valeurs allant de 1 à 6. Chaque fois que le Doge actuel n'a plus de jetons Doge, on procède à l'élection d'un nouveau Doge, chaque joueur jouant une carte de famille et trois cartes action. Que vous ayez gagné ou perdu, les cartes famille sont défaussées à chaque élection, obligeant les joueurs à bien doser ce qu'ils mettent sur la table. L'avantage d'être Doge ? C'est les jetons Doge que vous recevez, vous permettant de faire des actions bonus, ou même de marquer des points.

game-7114

Voili voilou, vous en savez déjà un peu plus sur Venetia, qui sait, si cela attire l'attention d'un éditeur, d'un traducteur, d'une foule de joueurs qui décident d'aller manifester devant l'ambassade italienne pour demander une trad du jeu... On ne sait jamais. ^^ Pour ceux qui ne craignent pas le jeu non traduit, sachez qu'à part le texte des règles, il n'y a pas grand chose dans le jeu en lui-même qui nécessite une maîtrise particulière en langue étrangères, et que le jeu se trouve facilement, sur certains de nos merveilleux sites en ligne, pour 50 euros. Faut dire qu'il y a du matos inside, et qu'il y a même un livret historique. J'aime bien moi, quand il y a un petit livret historique. Je sais, les gens y s'en foutent, mais moi j'aime bien.

Réagir à cet article

Il y a 3 commentaires

jedisjeux
By geekman | 14 mai 2014 07:26

Pour info, j'ai traduis les règles et les cartes (word), si qq est intéressé par une petite relecture ou mieux, en faire un beau pdf avec les illustrations, je me ferai un plaisir de les partager. Excellent jeu, passé inaperçu malgré ses auteurs.

jedisjeux
By geekman | 14 mai 2014 07:28

J'ai traduit aussi la faq... Tant qu'on y est ;)

jedisjeux
By Shanouillette | 14 mai 2014 09:38

Dans mes bras!! :D