1830

11 juin 2010 | par Le Zeptien

Spécifications de la partie


Nombre de joueurs
4
Date
11 juin 2010

Spécifications du jeu


Nombre de joueurs
3 à 6 joueurs
Âge
à partir de 15 ans
Durée
300 minutes
Mécanismes
Simulation, Construction, Blocage
Thèmes
Transport ferrovière, Bourse & finances
Date de sortie
2011
Auteur(s)
Francis Tresham
Editeur(s)
Mayfair Games

Scores

# Nom Score
1 Le Zeptien 2
2 Melias 1
3 Zhor 4
4 Tyrion 3

Photos

Réagir à cette partie de jeu

Il y a 1 commentaire

Le Zeptien
By Le Zeptien | 11 juin 2010 00:00

Nouvelle partie de 1830 avec les mêmes joueurs que la partie précédente. Commencée aux alentours de 20h30, notre aventure ferroviaire s’est achevée sur la banqueroute de l’un des participants (Qui ? Patience…laissez-moi amener le truc quoi…!) vers 00h30.

Après installation du matériel, messieurs Tyrion, Zhor et votre serviteur ont un peu attendu leur quatrième partenaire, monsieur Melias, qui finissait d’en découdre sur une partie de Reef Encounter. Dés qu’il nous a rejoint, nous nous sommes instantanément transformés en « Robber Barons » du rail…enfin, je veux dire heu…en hommes d’affaires avertis des problématiques liées à la mise en place d’un réseau ferré dans l’est-américain…m’oui, c’est plus long à dire, mais on passe moins pour des rapaces financiers dit comme ça…non ? Ah bon…Il est vrai que 1830 incite les joueurs à faire preuve d’agilité d’esprit en matière économique, certes, mais aussi en roublardise…pour faire couler les autres ; C’est une sorte de super "Life’s boat" si vous voulez…;-)

Comme lors de la précédente partie, et à la différence de mes trois « collègues » barons, je ne vais pas lancer de compagnie à la fin du premier tour d’opérations boursières. Mais cette fois, c’est par un phénomène que je m’explique mal : j’avais acheté pour 115$ une compagnie indépendante (et moins dépensé que d‘autres joueurs) et pourtant, pas moyen d’avoir assez d’argent pour faire « flotter » une compagnie. J’ai pourtant pas « flambé » et fixé un prix d‘action inférieur à d‘autres…bon, personne ne m’a aidé ensuite, certes, mais quand même….j’ai soudain de sérieux doute sur l’intérêt d’acheter une compagnie indépendante, en dehors de la première et moins cher, évidemment. En tout cas, il m’est apparu clairement qu’à ce jeu, un mauvais départ pour vous réduire au rôle de simple comparse pendant presque toute la partie.

Enfin bref, pendant 2 tours, je vais rester un peu abasourdi, désespéré de ne pouvoir commencer à poser des rails, opérer, et tout ça…et j’ai passé mon temps à recompter mes dépenses pour essayer de comprendre ce qui avait bien pu se passer…sans y parvenir. Au 3ième tour, je lance enfin une compagnie, la New-York NH, alors que depuis le premier tour, monsieur Tyrion était maître de la Baltimore&Ohio, monsieur Melias contrôlait la Canadian Pacific, surnommée par nos soins « La castor » en raison de son emblème, et monsieur Zhor la PRR. Donc, ils ont pris un bon départ pendant que je me morfondais…(bouhouhouh…snif!)...et l'arrivée dans ma main de la NY Central n'allait pas changer grand chose.

La concurrence sur les tracés sera rude, surtout au sud de la carte ou les rails vont s’entremêler. On va pas se faire de cadeau en fermant des options aux uns et aux autres. Des compagnies vont souvent changer de mains, surtout entre messieurs Tyrion et Melias. Ces deux compères vont d’ailleurs nous gratifier d’une phase boursière particulièrement longue : Ils avaient alors beaucoup d’argent, ce qui leurs donnait de nombreuses possibilités d’achats et de ventes. Je crois même que monsieur Tyrion allait atteindre ainsi le nombre maximum autorisé d’actions pour un joueur.

Pendant cette phase, monsieur Zhor et moi-même assistions un peu impuissants (bon, faut dire qu’avec plusieurs tours de bourses…non, je préfère la faire maintenant celle-là, afin d’éviter à monsieur Mélias de se fatiguer) à tout un micmac d’achats/ventes ; Je dois avoué que j’ai un peu perdu le fil à un moment donné, préférant aller m’acheter un Perrier pour me remettre de mes émotions, et pour me rincer le gosier suite à l’absorption d’une part de la pizza laissée à l’abandon par monsieur Melias (et entièrement terminée par monsieur Lilajax).

Je me sentais assez peu concerné par toutes ces manœuvres de barons friqués, car mon problème principal était devenu…la survie.

Je vais quand même parvenir en fin de partie à sauver une de mes compagnies (et en refourguant l’autre à monsieur Tyrion) et surtout…passer au Diesel ! Oui monsieur ! Et cela va pas faire les affaires de tout le monde. Cela va entrainer la banqueroute de monsieur…(suspense)…Melias !

Il aurait peut-être pu y échapper, mais il fit une petite bourde dans le tour précédent par la vente d’un train entre deux de ses compagnies, et ça va pas l’aider. De toute manière, la victoire pouvait difficilement échapper à monsieur Zhor, car même si nous étions tous restés en jeu, la banque ce serait vidée…surtout en sa faveur.

Alors le bilan de tout cela : Malgré sa banqueroute, monsieur melias reste enchanté par le jeu. Pour monsieur Tyrion, je pense que c’est la même chose. Quand à monsieur Zhor, il a sans nul doute trouver là SON jeu de trains.

Et pour moi ? Ben oui, le jeu est très bien, profond, etc…mais cette partie m’a beaucoup moins plu que la première. Condamné à vivoter, je me suis un peu ennuyé par moment, incapable en plus de trouver des solutions pour redynamiser mon jeu. Il y en avait surement, mais je n’ai pas su les touver. J’ai senti en revanche les trois autres joueurs plutôt à l’aise alors que j’ai encore quelques difficultés non seulement à mémoriser certains points de règles, mais en plus à anticiper les mouvements des actions. En revanche, j’ai constaté que beaucoup de choses se jouent aussi sur le plateau, lors de la pose des voies et des gares, car vous pouvez beaucoup gêner vos petits camarades en leurs rendant impossible l’accès à certaines villes…et c’est pour cette raison que j’ai passé plus de temps à upgrader plutôt que d’agrandir mon réseau qui aurait du s’aventurer dans les montagnes ou des plaines vides…sans être certain d’arriver quelque part. Enfin…j’ai beaucoup de progrès à faire quoi, pour commencer à être un peu efficace dans ce jeu.