Amyitis

8.4 /10 (7 notes)

90 avant J.C. Nabuchodonozor, roi de Babylone, épouse la splendide Amyitis, fille du roi des Mèdes.

Mais la belle se languit de son pays à la végétation luxuriante. Pour elle, le roi décide donc de faire ériger de magnifiques jardins suspendus. Ainsi, la ville se prépare à relever ce formidable défi, qui marquera les siècles de son empreinte...

Votre note

Votre avis Enregistrer une partie

Description

Dans "Amyitis" vous êtes un architecte qui va tenter d'être le principal fondateur des jardins suspendus de Babylone, pour ainsi plaire à votre reine...

Mais la tâche n'est pas de tout repos car vous n'êtes pas le seul à avoir un tel dessein et il vous faudra obtenir les matières nécessaires à une telle fabrication en recrutant des artisans ou faisant du commerce avec les villes du continent, sans oublier de prier aux temples pour que tout se passe de bien, de faire progresser votre caravane pour devenir un grand commerçant, d'agrandir votre résidence car vous ne pouvez pas être un architecte prestigieux en habitant un taudis...

et tout ceci en vous occupant de vos finances et de bien irrigués ces fameux jardins...

Bref, pour construire une merveille du monde, faut pas chaumer...

Spécifications


Nombre de joueurs
2 à 4 joueurs
Âge
à partir de 10 ans
Durée
120 minutes
Mécanismes
Combinaisons, Construction, Placement, Majorité
Thèmes
Antiquité, Egypte antique, Commerce, Exploration, Desert
Date de sortie
1 janv. 2007
Auteur(s)
Cyril Demaegd
Illustrateur(s)
Arnaud Demaegd
Editeur(s)
Ystari Games

avatar

Super

| 18 mai 2017 | popol
Pour l'instant c'est le jeu avec lequel j'ai eu le grand plaisir ludique. Le jeu est fluide et stratégique, les actions s'enchaine. Le jeu est un peu complexe à expliquer et j'avoue que je ne le sors de ma ludothèque qu'avec des personnes qui le connaissent déjà. Pas facile de le sortir mais à chaque fois j'ai envie d'en refaire une partie tout de suite.
avatar

On va faire un tour dans les jardins, poupée ?

| 18 mai 2017 | Le Zeptien
Amyitis, la fille du roi des Mèdes…classieuse hein ? En plus, elle est l‘épouse de Nabuchodonosor, il y a pire comme situation quand même… Cependant, cette belle mède (Evitez de glousser, son Nabu d’amour n’aime pas ça !) aime bien les fontaines, les arbres, les fleurs, les petits oiseaux…les jardins quoi…mais pas dans le genre potager non, plutôt d’agrément. Seulement voilà, à Babylone, à part quelques palmiers… aussi, ni une ni deux, son royal époux décide d’engager des travaux pour lui construire des jardins dits « suspendus », un défi pour tous les architectes du royaume. Et sans le savoir, ils vont bâtir l’une des 7 merveilles du monde. Rhooo, c’est beau… ! Et c’est là en fait que les problèmes commencent (et du même coup, le jeu). Les joueurs sont chargés de bosser sur le projet, et sont mis quand même en concurrence, car c’est à eux de se débrouiller pour fournir ce qu’il faut en faisant fructifier ce que le roi leur a fourni au départ, soit…pas grand chose. Un peu de sous, un chameau et zou ! Au turbin ! Aux joueurs d’envoyer des paysans récolter des denrées, faire du commerce à dos de chameaux, concevoir un système d’irrigation, construire des éléments de palais, planter des végétaux luxuriants, de se débrouiller pour se procurer des sous, et d’aller prier dans les temples pour être soutenus par les Dieux (enfin surtout par les prêtres sans doute, mais bon, laissons au Mystère ce qui lui appartient). Et tout ça pour marquer un maximum de points de prestige. Amyitis est un très bon jeu Ystari. On trouve pas mal de petits mécanismes, mais qui s’articulent très bien entre eux, offrants ainsi aux joueurs une variétés d’actions intéressantes et des choix stratégiques variés. Nous avons des choix d’actions par l’utilisation de perso (et un système simple mais malin d’un surcoût au fur et à mesure que les métiers sont choisis), un mécanisme de procession amusant dans les temples, une caravane qui circule de ville en ville et qui demande attention et opportunisme pour l’avancer au bon moment là où on veut faire des affaires, un moyen plutôt astucieux pour symboliser l’irrigation progressive, etc… Il présente en plus l’avantage, si je m’en tiens à mon expérience, d’être bien dans les 3 configurations possibles. Les parties sont tendues car la concurrence entre les joueurs est permanente. Question matériel et illustrations, c’est très Ystari, donc on aime où pas…moi, j’aime. On peut regretter toutefois que la surélévation des jardins ne soit pas simulée, avec des tuiles de plus en plus épaisses, où un autre moyen faisant un peu plus 3D que le dessin sur le plateau, mais bon... Sortie après Ys, Caylus et Yspahan, Amyitis fut un temps un peu rapidement oublié…mais tout doucement, sa qualité le fait revenir plus souvent sur les tables ces derniers temps me semble-t-il, et c’est une très bonne chose. Un jeu à découvrir ou redécouvrir...
avatar

Du Ystari pur jus...

| 18 mai 2017 | limp
Voilà le premier avis sur ce jeu sur le net... ... mais prenez le pour ce qu'il est: un avis après une seule partie et sur un proto (qui apparemment ne devrait plus changer, si ce n'est au niveau de l'esthétisme...) Alors, Amyitis, quoi qu'estce ? Bêh c'est un jeu bien sympa où vous aurez plusieurs choix possibles, plusieurs stratégies applicables pour essayer de gagner le plus de prestige en temps que grand artisan et constructeur des jardins de Babylone. Durant votre tour vous pouvez soit: - recruter l'un des trois artisans figurant parmi l'une des quatres lignes proposées. Le premier artisan acheté dans une ligne ne coute aucune pièce mais le second une, le dernier, deux... Avec ses artisans vous pouvez récolter des matières premières à vendre dans les villes du continent (avec un principe de majorité pour avoir une matière bonus par moments...), obtenir des chameaux pour avoir une caravane plus importante et adaptable lors de vos voyages vers ces mêmes villes, placez l'un de vos prieurs dans l'un des 3 temples à votre disposition (qui sur un principe de majorité, rapportent aux deux premiers joueurs PV, or, chameaux et matières premières), ou commencer à irriguer les fameux jardins... Déjà de jolis choix... - Faire voyager votre caravane pour vendre vos marchandises et obtenir ainsi différents bonus (à puissance exponentielle mais avec un stress pour les joueurs: pour prendre une valeur de bonus, il faut absolument avoir la précédente... et dans chacun de ses bonus, il y en a X-1 de disponibles au premier niveau, X-2 au second etc etc, sachant que X correspond au nombre de joueurs)ou la possibilité de construire de belles plantations dans les jardins... - Passer. Auquel cas, vous devez attendre que tous les autres joueurs aient eux aussi passé... mais chaque fois que revient votre tour et qu'au moins un adversaire n'a pas encore passé, vous récoltez une pièce d'or; passer rapidement lors d'un tour remet vos finances à flot: il faut savoir calculer ses efforts ! Le premier joueur ayant l'avantage de commencer, le dernier a droit à un sympathique bonus en fin de tour permettant d'ajouter du piment au niveau du placement dans les temples (il faudra bien réfléchir quoi jouer en prenant en compte qui est le dernier joueur et ce qui peut le plus l'intéresser pour qu'il vous nuise un minimum) Et comme de toutes manières le premier joueur change à tous les tours... La partie s'achève à la fin du tour durant lequel il ne restait à un moment plus que 4 plantations à faire... Et le gagnant est le joueur ayant le plus de prestige... Bref, un bon gros jeu, avec de l'interaction, ni trop ni peu, trois systèmes de majorité, légers (car ce n'est pas un jeu de majorité), distincts et bien pensés et avec de nombreux choix possibles tout du long de la partie. Son seul défaut sera pourtant une preuve de qualité: si on vous met 100 nouveaux jeux devant vous dont celui ci, vous devinerez aisément lequel est un Ystari...
Voir plus d'avis
Amyitis en vie (euh non en live)

Amyitis en vie (euh non en live)

Voir plus d'articles
PALADINE

PALADINE

PALADINE

1 août 2014

Contexte : - Deuxième patie de AMYITIS pour le groupe, - La première partie datait d’il y a 8 mois, - Le premier ressenti avait été très bon mais il y a tellement...


En savoir plus
Le Zeptien

Le Zeptien

Le Zeptien

13 mai 2012

Et oui, encore et toujours la séduisante Amyitis pour animer notre soirée du jeudi, et cette fois sans explication de règles, ce qui est un plaisir un peu trop rare : on a pu faire une partie de Peloponnes ensuite sans finir à...


En savoir plus
Le Zeptien

Le Zeptien

Le Zeptien

9 mai 2012

Et c’est une nouvelle fois Amyitis qui fut retenu pour animer notre soirée du mardi soir. Monsieur Edouard ne connaissant pas le jeu et étant pris d’une « flemme explicative » (une maladie qui me frappe...


En savoir plus
Voir plus de parties de jeu Enregistrer une partie