Field of Glory: The Card Game

8 oct. 2014 | par polybe

Spécifications de la partie


Nombre de joueurs
2
Date
8 oct. 2014

Spécifications du jeu


Nombre de joueurs
à 2 joueurs exclusivement
Âge
à partir de ans
Durée
30 minutes
Mécanismes
Gestion de main, Deckbuilding
Thèmes
Antiquité
Date de sortie
28 mars 2014
Auteur(s)
Martin Wallace
Illustrateur(s)
Peter Dennis
Editeur(s)
Treefrog Games

Scores

# Nom Score
1 polybe 1
2 Potiron 0

Photos

Réagir à cette partie de jeu

Il y a 1 commentaire

polybe
By polybe | 8 oct. 2014 23:19

Après notre partie d'American rails hier soir, mon camarade Potiron a voulu finir la soirée en testant Field of Glory, the card game. Ce jeu de Martin Wallace évoque une bataille rangée entre armées hellénistiques, quelque part dans l'espace temps entre la lutte entre Diadoques et les Guerres puniques. L'explication des règles n'est pas bien longue bien qu'il soit impossible à mon sens de comprendre grand chose au jeu sans avoir essayé.

Potiron conduira l'armée rouge, moi la bleue. Comme de juste, nous commençons par découvrir notre champ de bataille : il sera particulièrement accidenté avec une plaine étroite entourée d'un côté d'un terrain rocheux et de l'autre côté d'une colline jouxtant un bois.

Je sélectionne avec soin mes troupes en rejetant la phalange, les hoplites, l'infanterie gauloise (?) et les pachidermes. Mes fantassins seront principalement de l'infanterie lourde, autant ne prendre qu'un seul type d'unité. (après coup, je ne suis pas sûr que ce soit une idée formidable) Je prends autant que possible tous les commandants, des peltastes (pour évoluer dans les bois et pour contrer les éléphants de guerre ennemis), des archers et de la cavalerie. Je choisis la carte Réserves mais délaisse la carte Enveloppement. En face, Potiron m'attend, sa pile prête à l'emploi.

Il ouvre les hostilités en se déployant principalement sur la plaine. J'essaie de le contrer tout en occupant les bords du terrain. Comme on peut pas tout faire, je laisse ainsi sa phalange occuper librement une portion de plaine. Potiron lance ses troupes au combat car il a bien vu que sinon je lancerai des attaques de flanc au début de mon tour. Vive déception ! Il n'avait pas compris le Potiron qu'en chassant devant lui mes troupes légères qui se dérobent, il n'allait pas prendre le terrain !

Il faut dire que c'est de loin l'aspect le moins compréhensible des règles : les troupes les plus mobiles ont la possibilité d'éviter l'affrontement, elles sont alors défaussées mais pas détruites. Jusque là, cela semble raisonnable. Ce qui est curieux, c'est que le vainqueur par forfait, qui a tout de même dû déployer une ou deux troupes et éventuellement lâcher une carte bonus forte, ne tire aucun bénéfice de sa domination en cas de retrait de l'ennemi. Au mieux, peut-il espérer qu'à son tour, son adversaire, manquant de cartes ou d'audace, n'osera pas aligner de nouvelles troupes devant les siennes. Cela reste bien improbable...

Du coup, la tournure de la bataille est curieuse, c'est un balai de troupes légères qui se dérobent. Il y a des combats quand des troupes lourdes, peu maniables et ne pouvant pas facilement tourner casaque, se rencontrent. Là il vaut mieux avoir en main un commandant à jouer en carte bonus.

Je finis par mettre Potiron en difficulté en prenant trois terrains. Si Potiron ne parvient pas à m'en reprendre au moins un avant ma phase active, il a perdu la bataille et la partie. Il y parvient une première fois et je dois lancer une attaque de flanc pour reprendre un autre terrain. Potiron, sûr de son fait, lance alors ses Babars à l'assaut de la colline où je ne dispose que d'une aile de cavalerie. En effet, mes cavaliers s'égaillent au galop sans combattre mais bien sûr... ...je garde le contrôle de la colline. Il l'avait encore oublié celle-là ! Potiron n'a plus les moyens de monter une nouvelle attaque et doit donc s'incliner, assez peu convaincu par le jeu.

Comme je le comprends ! Oui, moi qui suis grand amateur des créations wallaciennes (Princes of the renaissance, Gods' playground, A few acres of snow, Byzantium...) et qui bave en lisant les récits de Polybe, l'authentique Polybe, sur les batailles de Raphia ou de Zama, je suis également déçu par Field of Glory. C'était ce soir ma quatrième tentative et je ne trouve toujours pas la clef de ce machin peu évocateur et ennuyeux. Aurais-je raté un point de règle ?