Fortunes de mer

17 juil. 2011 | par Le Zeptien

Spécifications de la partie


Nombre de joueurs
4
Date
17 juil. 2011

Spécifications du jeu


Nombre de joueurs
2 à 4 joueurs
Âge
à partir de 12 ans
Durée
Mécanismes
Courses, Simultané
Thèmes
Maritime, Pirate
Date de sortie
4 juil. 2011
Auteur(s)
Kasper Aagaard, Christian Marcussen
Illustrateur(s)
Ben Nelson, Chris Quilliams
Editeur(s)
Filosofia

Scores

# Nom Score
1 Lilajax 4
2 Thomas 3
3 Tyrion 2
4 Le Zeptien 1

Photos

Réagir à cette partie de jeu

Il y a 2 commentaires

Le Zeptien
By Le Zeptien | 17 juil. 2011 17:58

Monsieur Lilajax sait recevoir ses invités : Grillade dans un petit jardin (saucisses-merguez), de la salade, du taboulet, du pinard, du pain…et en plus il faisait pas trop chaud, avec un ventilateur qui tournait au-dessus de nos tête. ah moi je dis chapeau !

C’est pourquoi, juste après ce délicieux repas qui sentait bon les vacances d’été, Tyrion, Thomas et moi, nous nous sommes concertés discrètement.

« - Bon. La partie de Lancaster était cool, et le repas impeccable. Moi, je me suis régalé. Alors voilà ce que je propose : Ce sera la première partie de Fortunes de mer pour Lilajax…je pense que c’est le genre de jeu qu’il affectionne…alors, on le laisse gagner ? »

« - Ouai, moi je veux bien, mais faut pas qu'il s'en rende compte… »

« Pour moi c’est ok...secrètement, on considèrera que le vrai vainqueur sera celui qui parmi nous finira second ».

« - Ah ouai, c’est marrant ça ! Gagner, mais pas trop…Chuuuuttt ! Le revoilà… »

Notre plan machiavélique était donc en place. :twisted:

Pour commencer, tout le monde a pris...un sloop. Un commencement d’adage entendu dans la partie de Fortunes de mer précédente (« Qui débute en sloop fini en slip ») n’a visiblement impressionné personne. On voulait faire les pirates !

Cette fois, je serai Christian Marquis, un français (oui, encore…j’avais eu Alexandre Vilon quelques jours avant). Thomas sera hollandaise (oui, ça surprend) avec Sikuma, Tyrion espagnol avec Frederico Da Silva, et Lilajax sera son compatriote avec Felipe de los Reyes.

Et ben on a eu peur hein ! Dans les 6 ou 7 premiers tours, Lilajax s’obstinait à rater tous ses jets de dés, que se soit pour faire de la reconnaissance ou pour avoir écouter des rumeurs, ce qui fit dire à Thomas « T’as quand même pas un capitaine à la fois myope et sourd ? »...

...j’en ai gloussé pendant le reste de la partie.

Pour Thomas et Tyrion en revanche, le début fut plutôt bon, même si le premier évènement coûta à Tyrion une bonne peste.

Moi-même, je me débrouillais pas trop mal, mais je vais rater une rumeur qui aurait pu me permettre de me payer un galion pour pas trop cher. Dommage. Après avoir obtenu une prime anglaise, je vais me faire pardonner grâce à une carte gloire (et un peu d’or), surtout qu’une frégate anglaise est apparue pas loin de mon port d’attache (Tortuga) ; Plus tard, c'est une frégate pirate qui va s'obstiner à rester prêt de mon port. Tyrion se fera pardonné lui aussi un peu plus tard.

Redevenu honnête, j’ai amassé assez d’or pour m’offrir une frégate, ce que fit également Tyrion juste avant moi. A noter que seul Lilajax conservera son sloop jusqu’à la fin, et que Thomas s’est offert un beau galion.

Parmi les faits marquants de cette partie, Thomas, avec son sloop, va parvenir à vaincre le sloop pirate dans un combat à suspense et il échappera aux griffes d’une frégate espagnole qui l’avait repéré ! Quelle audace ! Mais c’était beau... 8)

Les joueurs vont continuer à s’éviter, même si la tentation d’affronter directement le navire d’un autre joueur nous a trotté dans la tête. Ainsi, et je m’en mord un peu le crochet, j’aurais bien aimé taquiner le sloop de Lilajax qui semblait avoir les calles pleines d’or. Mais bon, une nouvelle fois, j’ai opté pour autre chose, et il s’est avéré que ce n’était ni facilité, ni l’efficacité.

Les scores se sont progressivement resserrés, et on commençait à sentir qu’un joueur allait dégainer tôt ou tard son « J’ai 10 points de gloire ! ». Et avec 50 ors glissés dans son coffre, c’est Lilajax (pour notre plus grand soulagement) qui va gagner cette partie, soufflant de peu la victoire à Thomas qui en était très proche.

Alors un bilan après deux parties, l’une à 3, l’autre à 4:

J’ai préféré le scénario de cette partie (il y a eu de l‘action ! De plus, 7 navires marchands se sont fait « raidés »), ainsi que la configuration.

Le jeu est riche de possibilités, mais pour l‘instant, je me demande si il est possible de remporter une partie sans passer pas la case 50 ors = 5 points. Le commerce pépère est un peu moins soumis à l’aléatoire, si bien qu’amasser une petite fortune semblerait (conditionnel) un peu plus facile que le reste. Notez que vendre 3 produits identiques en satisfaisant la demande d’un port, c’est 1 point de gloire…plus un 1 autre (et presque 1 de plus s’il vous restait au moins 2 ors d‘économie) si vous arrivez à verser tout cela dans votre coffre. Donc une bonne opération commerciale avec un retour rapide au port d‘attache, ça fait 2 voire 3 points de gloire...c’est quand même important si on regarde les points obtenus à l’aide de la piraterie. Obtenir 1 point grâce à un raid marchand à 12 ors, compléter une rumeur ou réussir une mission demande incontestablement une part de réussite, comme pour les combats contre un joueur ou un CnJ.

Néanmoins, je pense qu’il est encore un peu tôt pour modifier certaines conditions de victoire pour nos parties...cela dit, les règles le proposent et c‘est très bien. D’abord, je pense qu’une nouvelle fois, les joueurs ont manqué un peu d’expérience en ne cherchant pas l’affrontement direct avec un joueur adverse. Par exemple, Lilajax, il fallait l’attaquer ! Il s’est baladé avec 40 ou 50 ors sur son sloop ! Avec nos frégates, Tyrion ou moi aurions du lui faire passer le goût du rhum, et à un moment donné, je crois qu’on pouvait le faire, et l’un après l’autre en plus. Frilosité, quand tu nous tient...Maintenant, l’animal se montrait prudent en se réfugiant souvent dans un port. Ah, puis je dois vous avouer un truc : il me semble que les cartes marchandises n’ont pas été assez bien mélangées à un moment donné, mais bon…

Mention spéciale à Thomas pour ses duels avec le sloop pirate et la frégate espagnole.

En tout cas, Fortunes de mer exerce sur moi une attirance certaine. Aventures, coups du sort heureux ou malheureux, progression, suspense, commerce, capitaines non joueurs qui rôdent à votre recherche, pirates qui traquent les gentils marchands, cartes qui vous plongent dans le thème, la météo qui joue des tours, etc...Concernant l’esprit du jeu, lilajax à évoqué Talisman, moi j’aurais dit Le roi Arthur (d'Oriflam). Oui, dans Fortunes de mer, on retrouve une part du charme de certains jeux des années 80 (mais avec un matériel bien supérieur), époque où les joueurs n’avaient pas peur d'un peu d’aléa et étaient prêts à vivre quelque chose de fort dans la bonne humeur.

Et la prochaine fois, je procéderai différemment !

La partie précédente :

http://www.jedisjeux.net/fortunes-de-me ... ie_id=2974

Le Zeptien
By Lilajax | 18 juil. 2011 00:13

Comme cela peut paraître étrange de comparer Fortunes de Mer à Talisman, je viens ici publiquement m'expliquer:

J'ai simplement ressenti les mêmes sensations de vivre une réelle aventure sans vraiment pouvoir la contrôler, mais en acceptant que le hasard est une donnée intégrante du jeu, le respect de la thématique immerge totalement les joueurs. Par contre, l'apprentissage des règles est bien plus long que pour Talisman. Vous êtes prévenus!!!