Leonardo Da Vinci

7.1 /10 (11 notes)

Les plus grands créateurs de la Renaissance se sont réunis à Florence afin de mesurer leur talent et leur renommée. Le seigneur de ces lieux a promis de récompenser avec munificence chaque invention. À la fin de la partie, le joueur ayant collecté le plus de Florins sera couronné par Léonard de Vinci lui-même.

Votre note

Votre avis Enregistrer une partie

Description

Extrait des règles :

Séquence de jeu :

A) Début de la fabrication : Chaque joueur déclare s'il veut commencer à fabriquer une invention et s'il y a un ou plusieurs laboratoires lui appartenant qui interrompt la fabrication d'une invention.

B) Placement du maître d'œuvre et des apprentis : Dans le sens des aiguilles d'une montre et ce, jusqu'à ce que tout le monde passe, chaque joueur place des apprentis ou son maître d'œuvre dans l'une des zones de la ville ou dans l'un de ses laboratoires en train de fabriquer une invention.

C) Résolution des placements :

- Chaque zone de la ville apporte un privilège spécifique : le joueur ayant placé la majorité d'apprentis prend un privilège en premier, les autres ensuite, en fonction du nombre d'apprentis placés

- Dans chaque laboratoire, la main-d'œuvre fabrique une invention.

D) Réaliser les inventions : Les joueurs révèlent les inventions qu'ils ont réalisées et reçoivent leur récompense en florins. Si certains joueurs sont en train de réaliser une invention réalisée par un autre joueur, ils doivent le dire et pourront l'effectuer lors d'un tour suivant.

Pour pouvoir être réalisée, chaque invention a besoin :

- d'un certain nombre se semaines de fabrication ;

- de matériaux précis.

Une fois réalisée, l'invention rapporte un certain nombre de florins, mais si quelqu'un l'a déjà trouvée, elle rapportera moins.

Il existe en tout cinq types d'inventions, distinguées par des symboles. Une invention permet au joueur qui la possède d'accélérer la réalisation des inventions comportant le même symbole lors des tours subséquents. Néanmoins, une plus grande variété d'inventions est récompensée par des florins à la fin de la partie.

Spécifications


Nombre de joueurs
2 à 5 joueurs
Âge
à partir de 12 ans
Durée
90 minutes
Mécanismes
Majorité, Pose d'ouvriers
Thèmes
Renaissance
Date de sortie
1 janv. 2006
Auteur(s)
Flaminia Brasini, Virginio Gigli, Stefano Luperto, Antonio Tinto
Illustrateur(s)
Stefano De Fazi
Editeur(s)
Tilsit, DaVinci Editrice

avatar

Qui inventera la machine volante ?

| 18 mai 2017 | kevetoile
Après une seule partie, difficile de donner un avis ferme et définitif, toutefois, il est facile de voir que Leonardo Da Vinci ne manque pas de qualités. C'est un jeu assez court aux mécanismes simples, et qui offre néanmoins des opportunités stratégiques variées. J'ai bien aimé de devoir gérer mon temps en plus des habituelles ressources, même si j'avoue avoir été dérouté par l'enchaînement des phases et l'obligation de prévoir à l'avance les inventions que l'on va développer. Encore un jeu ou on ne peut pas tout faire diront certains, et ils n'auront pas tord, mais pour une fois, ce sont les joueurs et pas le jeu qui vous bloque, et vous empêche de tout faire. Etre plus rapide et plus malin que les autres est une nécessité, prévoir ses coups à l'avance est aussi indispensable que bien gérer ses apprentis. Comme dans Caylus, les joueurs devront s'adapter aux actions de leurs adversaires car les 2 florins qu'ils payeront ce tour-ci pourraient bien leur coûter la victoire au terme des 9 tours de jeu.
avatar

Il manque la cryogénie comme invention

| 18 mai 2017 | Meeeuuhhh
Type de jeu : Dont au sujet duquel à la lecture des règles on trouve un air de déjà vu, mais qui a finalement une personnalité bien à lui. Nombre de parties jouées : 4 Avis compendieux : Bon, les gens chez lesquels j’ai pratiqué ce jeu n’aiment pas trop, peut-être bien parce qu’ils n’arrivent pas à s’en dépatouiller (j’ai pas dit que c’était des débiles, ils gagnent à Louis XIV, Puerto Rico, Goa, Caylus et tout, c’est dire, quand même), alors du coup je n’ai pas pu approfondir le sujet plus que cela. Mais l’impression qu’il m’en reste est celle d’un jeu malin, finalement assez original (à la lecture des règles, je n’avais pas été spécialement enthousiasmé, contrairement au susdit gens chez lequel j’y ai joué ; comme quoi), avec un ensemble de petits mécanismes bien agencés entre eux : la pose des ouvriers, très opportuniste, très vile aussi parfois (moins à trois où cela reste relativement tranquille, plus à quatre forcément, et à cinq, je n’ai pas essayé, mais ça doit commencer à devenir chaud les marrons comme disaient les jneunes d’il y a quelques années (aujourd’hui, ils disent plus volontiers « tendu du string je crois »)), qui repose à merveille sur le principe qui fait le bonheur* des jeux allemands, la frustration de ne pouvoir faire que peu de choses alors qu’on en a tout un tas à faire (assurer le coup quelque part en mettant plein d’ouvriers ou se mettre un peu partout ?) ; la pose de l’ouvrier en chef, qui rajoute un plus indéniable de bluff à cette phase ; la cuisson des œuvres dans le four du laboratoire ; le choix des inventions, avec anticipation possible si on a eu les faveurs du conseils… La gestion à long terme de sa partie, l’anticipation, sont fondamentales et requièrent sans doute quelques parties pour pleinement apprécier le jeu : anticiper sur les commandes à venir, sur les améliorations de ses laboratoires, sur sa main-d’œuvre, bref, c’est encore un jeu où il faut être au four et au moulin en même temps (et ce n’est pas simple, hein, disciple ?). C’est un jeu auquel on se laisse facilement surprendre par l’arrivée de la fin de la partie. On peut trouver des points communs avec Caylus : pose des ouvriers sur une sorte de parcours (avec ici bien sûr la grosse différence du principe de majorité), résolution des effets dans l’ordre du parcours (sans le mécanisme vicelard du prévôt et du bailli, originalité de Caylus, qui, si elle avait été reprise ici eût sans doute donné un plagiat (je me demande s’il ne se cache pas un anacoluthe dans cette phrase)), résolution d’effet spéciaux (je veux dire le château ou les laboratoires, pas les effets spéciaux comme à la guerre des étoiles, non) avec ici une petite enchère éventuelle, alors qu’à Caylus un système de faveurs (d’aucuns diraient « gâterie ») vient pimenter le tout, bref, pas mal d’analogies à première vue, mais au final, la gestion du jeu ne fait pas appel aux mêmes ressorts et icelui reste vraiment original. Ah oui, tiens, encore une chose, et c’est une différence fondamentale avec Caylus : cela fait partie des jeux de gestion où on investit ce que l’on cherche à acquérir (les sous, ce qui n’a rien de très original) pour en gagner plus : ici, en début de partie, on va avoir tendance à claquer tous ses sous (gare cependant à être à cours de liquidités) pour pouvoir acquérir des matériaux. A Caylus, on gagne des points de victoire sans en perdre jamais, et on les gagne en faisant tout un tas de choses, les sous ne sont qu’un moyen parmi d’autres. Bon, mon avis compendieux est beaucoup trop long, alors je serai privé d’avis comportant ratiocinations et autres superfétations, voilà, bien fait pour moi, vilain bavard incontinent du clavier. * Drôle de notion de bonheur, j’en conviens volontiers. Clarté des règles (4) : Elles sont relativement courtes et synthétiques, on comprend à peu près tout par une simple lecture, même sans le matériel sous les yeux. Quelques ambiguïtés pas bien méchantes peuvent gêner lors des premières parties. Le jeu étant très fluide, l’explication des règles est quant à elle assez aisée. Bien veiller néanmoins à attirer l’attention sur les derniers tours, spéciaux puisque abrégés (ce sont de « faux » tours, puisque tout est quasiment joué), la nécessité de les anticiper et le fait que la fin de partie arrive très vite. Comme dit, la lecture des règles ne m’avait pas spécialement enchanté, je ne saurai trop dire pourquoi, j’avais eu une grosse impression de déjà vu qui n’est pas forcément justifiée après l’avoir pratiqué. Qualité du matériel (4) : Pas grand-chose à redire, si ce n’est que l’aide de jeu, recto-verso avec la même chose écrite au recto et au verso, ça m’a toujours laissé pantois. A quoi cela sert-il ? me demandé-je. Aujourd’hui encore, je n’ai pas trouvé d’explication. Les cartes, le plateau sont plutôt jolis (mais bon, les goûts et les couleurs, ma p’tit’ dame). Le matériel est du reste fonctionnel (souvent on dit fonctionnel comme euphémisme pour dire moche : ce n’est pas le cas ici), ce qui explique la fluidité du jeu. Bon, d’un autre côté, le plateau est à peu près aussi utile qu’à Goa : fondamentalement, on eût pu s’en passer, mais il rend les choses bien pratiques puisqu’on peut poser chaque chose a sa place, et ça, moi, l’ordre, les trucs bien rangés et tout, ça me plaît, ça, ouh oui. Par contre, ils se sont trompés sur la photo de Léonard, en tout cas, dans la BD, il ne ressemble pas du tout à ça, et puis bon, on aurait bien aimé voir le disciple et le chat, aussi (non, je ne suis pas spécialement fan de la susdite BD, je connais, c’est tout, bon. Je préfère Le Chat (mais non, pas la lessive, bien sûr)). Reflet du thème (3) : Je ne sais pas trop comment fonctionnait la recherche au temps de Léonard de Vinci, mais cela m’étonnerait que l’on commandât des inventions aux inventeurs, comme ça, pouf, faites moi un avion s’il-vous-plaît monsieur. Parce qu’en fait, là, le vrai inventeur, si on considère qu’un inventeur est celui qui a une idée originale et non celui qui la réalise, c’est finalement le prince, non ? Le prince qui en outre, non content d’être le vrai génie du jeu, va en personne faire le tour des boutiques pour servir les ouvriers qui attendent en file indienne derrière le comptoir selon le principe des plus nombreeux-premiers servis, et non du premier arrivé-premier servi (on peut expliquer cela en supposant que la rareté des matériaux donne lieu à des algarades dans les échoppes et que les plus nombreux gagnant, ils se mettent en premier dans la file ; belle mentalité), ce qui est assez irréaliste bien sûr : non mais vous voyez le prince d’une vile s’adresser à un vil disciple en lui disant « Et avec ça, qu’est-ce que ce sera ? » ; alors l’autre répondrait : « Oh, ben je reprendrai bien encore un p’tit bout de ferraille, mon bon monsieur » (s’adresser de la sorte à son prince, mais que fait la police ?) ; ce à quoi le susdit prince rétorquerait : « Ah ben je suis désolé, mais je vais d’abord servir les gens à l’œil poché et les prix vont monter entre-temps ». Pas réaliste du tout, ça. Et puis les disciples, parlons-en, des disciples : contrairement aux ouvrier de Caylus, on ne les paye pas, mais au contraire, on leur donne des sous pour aller faire les commissions. Ils ne mangent donc pas, ces pauvres disciples ? On peut en utiliser autant qu’on veut, c’est le même prix : ce n’est que lorsqu’on les recrute qu’on leur fait miroiter des sous, et encore il n’est pas certain que ce soit eux qui en voient la couleur (ils se font sans doute en réalité avoir par leurs futurs condisciples : venez avec nous, on s’éclate grave, enfin, vous connaissez la chanson). Ce n’est pas très réaliste, tout ça ; quoique ; ça représente peut-être l’exploitation des gens dans la recherche ? Bon, d’accord, en fait, il est très réaliste, ce jeu, d’accord, vous avez gagné. Et puis, bon, quand même, les inventions, encore elles, ils croient que c’est un truc qu’on met à cuire dans un four, et que quand c’est prêt ça fait ding et qu’on n’a plus qu’à le démouler ? Et le génie, dans tout ça, où qu’il est, hmm ? Avis comportant ratiocinations et autres superfétations : Je crois avoir compris que j’étais privé d’avis comportant ratiocinations et autres superfétations, cf. l’avis compendieux ci-dessus pour toute sorte de superfétations.
avatar

Vini, vidi, mais pas vinci...

| 18 mai 2017 | Le Zeptien
J'ai du mal avec Leonardo da Vinci...je ne sais pas pourquoi mais c'est comme ça. Peut-être que si Caylus ou les Piliers de la Terre n'existaient pas, alors je le regarderais d'un manière différente...mais non, rien y fait, il y a quelques chose qui me gène. Pourtant, je sens bien que le jeu peut-être au moins "pas mal", mais à l'heure actuelle, je le ressens comme "moyen". Peut-être que j'ai mal joué les 5 parties à mon actif. Oui, c'est possible : je suis toujours largué sur le timing, je n'arrive pas à m'organiser entre les ouvriers qu'il faut envoyer en ville, dans les laboratoires, et le choix des inventions, sans parler du fait que je me fais souvent avoir dans les majorités. Bref, je n'arrive pas à "lire" ce jeu. Dans le genre, je préfère de loin les 2 jeux cités plus haut. De plus, je trouve les règles des deux derniers tours très artificielles, et pour tout dire, je n'en vois pas bien l'intérêt. En revanche, Leonardo Da Vinci est bien édité (avec une réserve sur l'illustration de la boite version Tilsit), et les cartes d'inventions sont très élégantes, illustrées par des dessins du génial Leonard. Surement un bon jeu, mais il n'est pas pour moi.
Voir plus d'avis
Critique de Leonardo Da Vinci

Critique de Leonardo Da Vinci

16 août 2007 3 Critiques

Pour satisfaire la demande des nobles de Florence, le Maître, Leonardo da Vinci, a confié à ses plus dextres apprentis le soin de mener leur propre...

En savoir plus
Voir plus d'articles
loic_425

loic_425

loic_425

13 janv. 2007

Partie pas évidente, j'étais fatigué et je n'étais pas le seul, Louise (3 ans) étudiait de temps à autre le plateau et a suivi une partie des règles. Elle rétorqua en cours de partie, lorsque manu fini une œuvre : "Mais non faut les cacher ses cartes...


En savoir plus
loic_425

loic_425

loic_425

16 nov. 2006

Je ne m'en fatigue pas pour le moment, au contraire même ! Une partie très sympathique, à 3 joueurs l'intéractivité est moins forte, mais le début avec seulement deux faveurs est assez ardu. Personnellement j'ai décollé un peu...


En savoir plus
loic_425

loic_425

loic_425

4 nov. 2006

Une partie très difficile au niveau blocage. L'interaction fût en effet à son paroxisme. Alors que j'adoptais une stratégie de départ différente (automate), je me suis attaqué à une invention de 7 semaines. Stef, débutant le jeu, opta...


En savoir plus
Voir plus de parties de jeu Enregistrer une partie

Variantes de produit

Leonardo Da Vinci

Leonardo Da Vinci

  • Sortie : 1 janv. 2006
Auteur(s)
Flaminia Brasini, Virginio Gigli, Stefano Luperto, Antonio Tinto
Illustrateur(s)
Stefano De Fazi
Editeur(s)
Abacus, DaVinci Editrice, Maifair
Leonardo Da Vinci

Leonardo Da Vinci

Extensions

Maestro Leonardo : Codex Leonardi II

Maestro Leonardo : Codex Leonardi II

  • 2 à 5 joueurs
  • à partir de 12 ans
  • Sortie : 1 janv. 2006
En savoir plus
Maestro Leonardo : Codex Leonardi III

Maestro Leonardo : Codex Leonardi III

  • 2 à 5 joueurs
  • à partir de 12 ans
  • Sortie : 1 janv. 2007
En savoir plus