SidiBaba

2 /10 (2 notes)

La première édition d'un jeu qui a été primé au concours de Boulogne en 2008.

Entrez dans le labyrinthe, prenez le maximum de trésors et sortez avant d'être à court de lampes à huiles !

Votre note

Votre avis Enregistrer une partie

Description

Chaque lampe est représentée par un sablier : tant que le sable s'en écoule, les aventuriers peuvent progresser, mais dès qu'il s'arrête, la lampe s'éteint et il faut en utiliser une nouvelle.

Afin de marquer l'évolution dans le labyrinthe, un joueur, "chef des brigands", place devant les autres une carte représentant ce que voient les aventuriers : le couloir et ses prochaines intersections. Il n'invente rien : caché derrière son paravent, il possède le plan du labyrinthe...

Il faudra choisir son mouvement en fonction de ces cartes : avancer tout droit, avancer tout droit et se tourner, se retourner, tourner directement à gauche/droite...

Le labyrinthe va donc continuer à se former en fonction des choix des joueurs et de la direction qu'ils auront choisi de prendre.

Quand on découvre un trésor, le partage se fait à la négociation, et la chose n'est pas anodine car à la sortie du labyrinthe, seul le joueur le plus riche gagne.

Spécifications


Nombre de joueurs
3 à 7 joueurs
Âge
à partir de 14 ans
Durée
40 minutes
Thèmes
Desert
Date de sortie
avr. 2012
Auteur(s)
Perepau LListosella
Illustrateur(s)
David Revoy
Editeur(s)
Hurrican Games

avatar

Gigi, c’est toi la bas dans le noir.

| 18 mai 2017 | Jetseb
Comme le chantait Dalida : « Moi je veux mourir sur scène, devant les projecteurs et pas dans une grotte pleine, de grands méchants voleurs » Enfin, je ne me souviens pas parfaitement des paroles mais ça doit donner un truc dans le style. Et comme disait Mike Brant : « Mes amis tant de fois vous me dites, qu’un jour je verrais la sortie de cette crypte, J’aimerais bien vous croire, mais je n’ai aucune mémoire, et je ne m’en sortirais jamais par hasard. Qui saura, qui saura qui sera, qui sera me faire sortir de la. Je n’aime pas mémoriser, tous les couloirs par ou je suis passé, mes amis aidaient moi, dites-moi. » Et alors que l’ennui s’emparait de mon corps, je me suis dit « résistes, prouves que tu existes » mais rien n’y a fait car au final « je ne suis pas un héro, toutes les routes s’embrouillent dans mon cerveau ». Bref, Ich bin a mélomane mais je n’ai pas le système de navigation pour ne jamais être perdu et du coup la seule chose que j'ai trouvé c'est de l'ennui.
Voir plus d'avis
1001 raisons de succomber à la tentation de ce jeu ?

1001 raisons de succomber à la tentation de ce jeu ?

Voir plus d'articles