Snowdonia

19 janv. 2014 | par Le Zeptien

Spécifications de la partie


Nombre de joueurs
0
Date
19 janv. 2014

Spécifications du jeu


Nombre de joueurs
1 à 5 joueurs
Âge
à partir de 8 ans
Durée
45 minutes
Thèmes
Transport ferrovière
Date de sortie
oct. 2012
Auteur(s)
Tony Boydell
Illustrateur(s)
Tony Boydell, Charlie Paull
Editeur(s)
Lookout Games, Surprised Stare Games

Photos

Réagir à cette partie de jeu

Il y a 1 commentaire

Le Zeptien
By Le Zeptien | 19 janv. 2014 14:35

Snowdonia…un nom qui sent presque l’héroïque fantasy ! Nous sommes ici au pays de Perceval, dans lequel on trouve un mont baptisé Snowdon. C’est aussi un parc National (oui, je me suis renseigné) avec de très beaux paysages. Naturellement, c’est monsieur Zhor, sans doute un cheminot dans une autre vie, qui nous a présenté ce jeu à thématique ferroviaire (notez la nuance, je n’ai pas dit jeu de train) dont je n’avais pas entendu parlé. J’ai d’ailleurs le sentiment que Snowdonia a été un peu oublié au profit de Russian railroads, différent dans sa mécanique m’a dit monsieur Zhor, mais nous sommes dans le même esprit : on ne construit pas de voies directement sur le plateau, on ne gère pas diverses compagnie, on ne transporte pas réellement des marchandises ou des passagers, etc...

Les joueurs sont chargés (chacun pour son compte évidemment) de construire des lignes de chemin de fer afin de relier des villes, mais aussi d’installer des infrastructures dans les villes en question. Pour cela, on dispose d’ouvriers, il faut se débrouiller pour se fournir en matériaux, et on peut réaliser des contrats lucratifs en points au décompte final, mais qui donnent aussi des actions supplémentaires ou améliorées. Le jeu présente deux éléments plutôt originaux, enfin en tout cas, que je n’avais pas encore rencontré dans un jeu du genre. Tout d’abord, un impact de la météo sur vos possibilités de travail sur le terrain, une météo qui évolue certes, mais nous sommes au Pays de Galles et c’est souvent pluvieux ou couvert de brouillard : Cela diminue sensiblement l’efficacité de vos ouvriers.

Deuxième aspect original,les joueurs sont tous mis en concurrence avec une « grosse » compagnie, qui leur prend des chantiers. Elle agit d’une manière aléatoire, au moment où sont réapprovisionnés les stocks de matériaux disponibles pour le tour. Il peut parfaitement ne rien se passer, comme peuvent être construites soudainement des voies ou des infrastructures dans des villes reliées, les joueurs ne pouvant plus agir à ces endroits là. Cette compagnie participe en grande partie à faire avancer le jeu et à provoquer une certaine tension.

Snowdonia est un jeu de pose d’ouvriers : On place de jolies figurines sur des actions, qui sont seront exécutées après la phase de pose et toujours dans le même ordre. Mais il n’y a, vous vous en doutez, pas assez de place pour tous le monde…et puis de base, vous n’avez que 2 ouvriers. Il y en a un troisième qu’il faut aller chercher en train (!) afin de le sortir un peu de son pub : pour cela, il faut une loco et du charbon. Vous avez aussi un géomètre que vous pourrez faire galoper autour du plateau…il prend des mesures et peut vous rapporter quelques points en fin de partie.

Pas vraiment de création de réseau donc, on transporte rien et on ne se fait pas moult argent, mais le jeu est intéressant et sympa avec une part d’originalité comme nous avons pu en juger au débriefing. Donc, ce serait pas dommage si Snowdonia venait à être un peu plus connu et joué.

Par contre, ne faites pas comme moi : prenez souvent des contrats...