Spyrium

22 sept. 2013 | par Le Zeptien

Spécifications de la partie


Nombre de joueurs
0
Date
22 sept. 2013

Spécifications du jeu


Nombre de joueurs
2 à 5 joueurs
Âge
à partir de 12 ans
Durée
75 minutes
Mécanismes
Pose d'ouvriers
Thèmes
SteamPunk
Date de sortie
30 sept. 2013
Auteur(s)
William Attia
Illustrateur(s)
Arnaud Demaegd, Neriac
Editeur(s)
Ystari Games

Photos

Réagir à cette partie de jeu

Il y a 3 commentaires

Le Zeptien
By Le Zeptien | 22 sept. 2013 21:35

Quand je découvre un nouvel Ystari, j’adopte l’approche que j’avais adopté autrefois pour Caylus, Amyitis ou Myrmes : Je me laisse une marge de progression pour monter lentement mais surement en puissance, afin de m’immerger toujours plus en profondeur dans le jeu. :idea:

Des esprits chafouins pourraient penser que plutôt qu’une immersion, je me livre à des noyades répétée, mais pas du tout : c’est une ruse, comme ça mes futurs adversaires ne se méfient plus de moi et après boum ! Un jour, je frappe…hé, hé, hé, malin hein ? :twisted:

Et cet après-midi, dans 3 parties de Spyrium jouée config 3 avec messieurs Cormyr et Marco pour adversaires, je termine à 44 points à la première partie, 51 à la seconde et 53 à la troisième…vous voyez ? Progression à chaque fois…

« Ouai, mais et les autres ? »

Quoi les autres ? Non mais c’est pas le propos là.

Bon ok, ils ont à chaque fois terminé devant votre serviteur, mais ils ont grillé toutes leurs cartouches ! Ils progresseront pratiquement plus eux, j’en suis certain. Je les tiens les bougres !

« D’accord…alors les scores, ça donne quoi ? »

Oh, les scores…pfff, quelle importance les scores…allons, allons… :roll:

« Ok…heu... t’as été minable 3 fois ?! »

…..OUIIIIIIiiiiiiiii ! (Snif et sanglots) :oops: :oops:

A la première partie, Monsieur Marco gagne avec…heu…84 points, monsieur Cormyr termine à 60.

A la seconde partie, monsieur Cormyr prend sa revanche avec 78 points, monsieur Marco est pas loin à 71

Et à la troisième, monsieur Cormyr arrive à 88 points, monsieur Marco 74.

Bon. Et bien Spyrium, c’est très bien, et hormis la première partie où monsieur Cormyr a dû m’expliquer les règles, nous avons mis pour chacune des deux parties suivantes 1h20 à chaque fois. Donc pour une partie, on peut compter environ 25 minutes par joueur.

On retrouve dans Spyrium une problématique qui ressemble un peu à celle de Tzolk’in : Il y a une phase de pose d‘ouvriers (entre les cartes situées au centre de la table), puis le joueur peut passer quand il le désire à une phase d’activation, c’est-à-dire achat d’une carte située au centre et à coté de laquelle il a posé au moins un de ses ouvriers, ou d’activer un des ces bâtiments déjà placé devant lui. Mais vous l’aurez compris, si on active, on peut plus acheter.

Le gros problème des achats, c’est le bon moment, à la fois pour une question de coût, mais aussi de rapidité. Si vous attendez trop, vous risquez de voir un joueur prendre une carte que vous convoitiez, mais si vous attendez pas assez, il y a le risque des surcoûts qui peuvent faire un trou dans vos économies. Oui, Spyrium est un jeu de gestion ou vous bâtissez votre domaine personnel, et il vous faudra bien utiliser votre argent et le fameux spyrium (et non Lithium, aluminium et je ne sais quoi d’autre…enfin j’me comprends xD ). Comme vous vous en doutez, il faut marquer plein de points de victoires, et pour cela, croyez-moi, la concurrence est rude.

Enfin bref, je trouve que ce Spyrium est une nouvelle bien belle réussite pour Ystari et l’auteur de Caylus. Efficace et redoutable, avec des options stratégiques variées.

Ah ! Un point auquel je suis très attaché (surtout quand il y a des cartes), les icones : Elles sont très claires et les illustrations sont réussies.

Il y aurait encore pas mal de détails sur le jeu à vous donner, mais je cède maintenant la parole à monsieur Cormyr qui va bien nous laisser un petit commentaire... ;)

Le Zeptien
By Cormyr | 23 sept. 2013 01:47

Après la partie de découverte hier à 4 (sans Le Zeptien), nous avons donc enchaîné 3 parties cet après-midi dans une config 3 joueurs cette fois. J'ai également beaucoup aimé cette configuration. On s'observe plus, on se contrôle et, ayant relativement plus de choix (moins d'ouvriers au total pour autant de cartes), il ne faut pas laisser faire un autre joueur et toujours le surveiller de près. Un marquage à la culotte comme diraient les footeux, un contrôle de son adversaire pour des voileux en match racing (désolé je viens de voir la magnifique coupe America).

C'est justement ce que je vais découvrir à mes dépends lors de la première partie. Aimant bien tester les différentes stratégies et faisant confiance à Ystari pour équilibrer ses jeux et veiller à ce que de multiples stratégies soient possibles, je décidais d'essayais de jouer avec le minimum d'ouvriers, un peu comme à Myrmes lorsqu'on joue avec 3 ou 4 nourrices seulement. Je jouais donc avec les 3 ouvriers du départ presque tout le long. À 8 points je privilégiais le bonus de 5 pièces pour ne prendre le bonus du 4ème ouvrier qu'à 20 points tardivement dans la partie ; et bien entendu aucun bâtiment permettant d'avoir un ouvrier de plus acquis au cours de la partie. Si mon score aurait certainement été meilleur avec une plus grande expérience du jeu, il n'est pas ridicule non plus (60 points). En revanche celui de Marco est un record de par chez nous. D'abord parce qu'il a très bien joué mais aussi parce qu'il a pu dérouler son jeu tranquillement, achetant tous les bâtiments, brevets et activant tous les personnages qu'il voulait à moindre coût, aidé en cela par le fait qu'avec si peu d'ouvriers j'étais obligé de me concentrer sur les 2 ou 3 coups indispensables à faire et par Le Zeptien qui découvrait le jeu et avait comme première préoccupation de mettre en place sa propre stratégie avant d'aller gêner ses adversaires. Et c'est vraiment là qu'à été le problème : avec seulement 3 ouvriers, il m'a été impossible de bloquer ou de contrarier Marco qui va tranquillement dérouler sa stratégie et nous infliger une cinglante défaite.

Convaincu désormais que le jeu à 3 ouvriers est probablement impossible, je décidais d'essayer d'autres stratégies et cette fois de surtout contrôler mon adversaire et d'aller lui piquer des bâtiments ou brevets sous le nez afin de l'empêcher de nous humilier à nouveau.

2ème partie, je choisis de développer une stratégie basée sur le niveau de résidence. Objectif, monter assez vite à 5 points (7 aurait été sans doute mieux mais le tirage des cartes m'a gêné), et ensuite scorer dessus plutôt que la monter. Je me suis contenté de 5 ouvriers, j'ai scoré 25 points rien qu'avec le niveau résidentiel, plus quelques autres points, gênant Marco, développant une petite usine et mine et achetant un beau bâtiment à la fin. Marco à son habitude pris le brevet permettant d'augmenter ses gains d'argent soirs qu'on retire un ouvrier et très à l'aise sur l'argent pu s'acheter de grosses usines maigres mes ouvriers qui en faisaient monter le prix. Néanmoins, il fut gêné et surtout ne put avoir 7 ouvriers qu'au dernier tour. D'ailleurs cela lui permis de faire un rush me faisant craindre son retour. Heureusement que je l'ai empêché d'avoir 7 ouvriers plus tôt.

3ème partie, je décidé de tenter une nouvelle stratégie : consacrer les 3 premiers tous à poser mon jeu en m'assurant de nombreux ouvriers et des revenus conséquents. J'ai donc passé les 3 premiers tours à monter mon niveau résidentiel à 7, me procurer 7 ouvriers et accumuler une douzaines de livres. Pour cela, le brevet favori de Marco me fut très utile, lui subtilisant à son grand dépit. Ensuite 3 entiers tours à marquer 2 fois 7 points sur les résidences, à acheter de beaux palais, à construire la plus grosse usine disponible avant Marco et à produire avec me permit de rattraper et doubler tout le monde. À noter que Marco pût prendre la deuxième grosse usine au dernier tour et marquer 15 points avec elle pour finir quelques point devant moi finalement avant le dernier décompte. Mes moyens financiers m'ayant permis d'acheter le pus beau palais et de le construire sur un nouveau terrain, évitant ainsi d'écraser un bâtiment et de perdre 5 pointe m'assure la victoire finale.

Qu'est-ce que ce fut tendu sur ses deux dernières parties ! Un Ystari comme on les aime, avec de la fustration, tendu et offrant de multiples stratégies. Mais aussi offrant une forte interaction (comme avec le dernier Ystari Game Myrmes), pour un jeu au budget très raisonnable et finalement assez rapide. Même si nos temps de réflexion respectifs ne nous permettent pas d'atteindre les 15min par joueurs calculés par la tram Ystari.

Le Zeptien
By ocelau | 24 sept. 2013 11:09

intéressant le parallèle avec Tzolkin, la notion de timing est d'ailleurs un aspect qui m'avait séduit dans ce jeu. Il va me falloir essayer ce Spyrium alors :D