Anthony Wolff

Présentation

Anthony Wolff est un Illustrateur freelance qui a commencé très tôt le dessin, c’est en autodidacte qu’il a su développer son propre style. "Ma démarche artistique s’apparente beaucoup à l’impressionnisme. J’ai donc été pas mal influencé par les artistes de l’époque mais également ceux que l’on peut voir sur internet, et qui partage cette même vision picturale. J’ai commencé dans le secteur vidéo ludique en 2008 avant de me mettre très vite à mon compte. Travaillant ainsi pour de nombreux clients français et étrangers, tel qu'Activision, Mindscape, Tokkun Studio, Walt Disney, Warner Bros, ainsi que pour des maisons d'éditions comme Gallimard. Par ailleurs mes capacités en « Speedpainting » m’ont permis d’élargir mon expérience en accédant à des missions de rough et de story-board pour le milieu de la pub."

Specifications


Illustrateur
4 Jeux
Site web
http://www.waart.net/

Avis

Western Town

Ville de mes rêves

| 18 mai 2017 | ocelau
Western Town est un peu un croisement improbable entre un jeu de construction allemand et un Citadelle de Faidutti. C'est d'abord un jeu de développement de ville très agréable. Pas de contrainte de placement d'ouvrier, vous faites la ville que vous voulez 8) ! Là où ça se complique c'est que vos voisins font pareil et gare si vous partez sur les mêmes choix : c'est La Vega ou la banqueroute. Chaque tour commence par une préselection des cartes qu'on va garder, moment toujours crucial puisqu'il va falloir à la fois prévoir ce qu'on va faire, mais surtout deviner ce que les autres vont faire pour "copier" leur action. Alors faire original ou non ? Dans le premier cas, vous êtes presque sûr que les autres ne profitent pas de vous, mais vous risquez d'avancer n'importe comment, dans le second vous pouvez profiter des autres mais l'inverse aussi :D . Il faudra alors veiller à qui joue en premier. Le truc énorme avec ce système c'est qu'on a à la fois une tension très jouissive à s'adapter aux autres, mais sans que cela n'entrave votre propre jeu. Il vaut mieux parfois assumer ses choix tactiques clé pour avancer en faisant fi de comment les autres pourront en profiter. De même , avoir loupé son "guess" (deviner l'adversaire) sur un tour ne met nullement en péril la partie, car s'être fait copié c'est aussi probablement avoir soi-même fait un coup efficace. Il sera globalement plus nécessairement de faire preuve de talent de gestionnaire que de bluffeur, même si ce dernier sera peut-être déterminant. Il y a aussi plein d'autres trucs très sympas dans ce Western Town, comme les doléances de Lincoln qui dévoilent au fur et à mesure des stratégies à suivre, le système d'attaque d'indiens et vol divers qui , s'il ne transforme pas ça en jeu de combat, amène un piment très agréable dans les parties, enfin des stratégies très variés possibles (construction, doléance, stockage..). Western Town pourra paraître trop chaotique aux amateurs de gestion purs, et pas assez fort en thème aux amateurs de thème fort. Mais c'est ce côté assez unique qui le distingue justement. Il dégage vraiment une personnalité propre, unique et un jeu extrêment jouissif, tendu, riche, varié avec toujours une excellente ambiance.

Western Town

J'exploite ta civic pride

| 18 mai 2017 | kevetoile
C'est le genre de phrases qu'on entend souvent à Western Town. Autant dire que pour être dans l'ambiance il vaut mieux comprendre deux mots d'anglais. Pourtant le thème est là, bien posé, les mécaniques de jeux le sont aussi et elles lui collent bien dessus, et le design réhausse le tout dans un style qui transpire le far west. Autant le dire tout de suite, WT m'a beaucoup plu, Ce n'est pas forcément le jeu mon jeu de l'année 2012, mais il fait au moins partie du top 3 de cette année et n'est pas loin d'atteindre mon top 10 de tous les temps. Pourtant, je pense que Western town en déroutera plus d'un car c'est un jeu complexe aux mécanismes subtils qui demandera quelques parties de prise en main. Le peu de hasard, présent au niveau des tuiles Lincoln, ne plaira pas aux plus calculateurs d'entre nous, c'est néanmoins un des aspects que j'apprécie car il fait partie du renouvellement du jeu. Tout comme la pioche des tuiles bâtiment en début de partie. D'ailleurs, on sent qu'au delà du renouvellement, il y a un truc qu'Olivier Warnier apprécie tout particulièrement. C'est le choix, le choix qui s'offrent aux joueurs durant une partie, parce que le jeu en foisonne. A tel point qu'on se sent un peu perdus au milieu de tout ces choix la première fois qu'on visite Western Town, et qu'on s'essaye au développement d'une ville pour plaire au président des USA. Une autre grande idée du jeu c'est la phase de révélation et surtout celle qui suit, celle de l'exploitation. Là ou Limp y a vu du hasard, cette phase est pour moi la plus intéressante du jeu, elle n'est qu'analyse de son jeu et du jeu des autres, suivie de guess et de bluff. Le pincipe de cette phase est à la fois simple et très subtil. Lorsque vous choisissez le panel de bâtiments que vous allez pouvoir exploiter ce tour ci, il faut prendre en compte ceux que vous avez en commun vos adversaires, car s'ils les jouent, vous pourrez les exploiter, et la victoire se cache souvent dans la bonne exploitation des cartes.

Western Town

Premier essai concluant

| 18 mai 2017 | limp
Premier jeu de cette toute nouvelle maison d'édition, Western Town est plutôt réussi. La thématique est un peu mise en avant par les mécanismes mais le jeu parvient à nous plonger entièrement dedans par je ne sais quel mystère. La phase de pose des cartes est une petite nouveauté très plaisante, et j'avoue qu'il me plairait de la retrouver dans un petit jeu de cartes épuré sur ce principe et où le guess jouerais un rôle important. Car je ne l'ai pas vraiment ressenti ici, alors que c'est ce qui m'avais fait prendre ce jeu. On ressent une frustration due à un hasard difficilement maitrisable et aux conséquences certes pas désastreuses mais assez importantes pour avoir un réel impact sur la partie plutôt qu'un bluff réel. Et sur un jeu de cette durée de partie et de ce niveau de complexité (les joueurs néophytes resteront en retrait), c'est tout de même génant. Plaisant, donnant envie d'y retourner, Western Town ne figurera tout de même pas au panthéon de mes "classiques" du fait d'un ressenti d'aléa un peu embarrassant...