Preview : ISTANBUL

Connu avant tout pour son chef d’œuvre Goa, Rüdigern Dorn est pourtant l'auteur d'autres jeux notables comme Louis XIV ou Jambo. Dans un registre plus familial, c'est également à lui que l'on doit Cœur de Dragon, ou encore plus récemment Las Vegas et Waka Waka. Focus sur sa prochaine création, Istanbul, présentée au salon de Nuremberg chez Pegasus Spiele. La version française sera commercialisée par Matagot. La date de sortie est prévue pour courant Mars, même si cela semble optimiste...

game-6957

C'est le souk !

Chaque joueur incarne un marchand et tente de prospérer en arpentant le bazar, accompagné de ses assistants personnels.

L'optimisation des déplacements et le choix du timing des actions est la clé pour obtenir, avant les autres joueurs, cinq rubis synonymes de victoire !

Mise en place des lieux

Le plateau de jeu est constitué d'une grille de 4x4 soit 16 tuiles "lieu" différentes. La règle propose des dispositions prédéterminées pour les parties de découverte, mais ces tuiles peuvent par la suite être placées aléatoirement (en respectant quelques contraintes). Les pions Gouverneur et Contrebandier sont disposés dans le bazar à l'aide d'un lancer de deux dés à 6 faces.

Les joueurs obtiennent :

- quatre pions assistants et un pion marchand qu'ils empilent sur la tuile Fontaine (le pion marchand toujours sur le dessus de pile),

- un pion "Membre de la famille" à placer sur la tuile Hôtel de police : charge à vous d'aller prêter main forte à ce cousin dans la gêne,

- un pécule de départ : 2 lires pour le premier joueur, puis chaque joueur suivant obtient ensuite 1 Lire de plus que le joueur précédent,

- une carte Bonus piochée ; ces cartes aux effets divers et variés (10 différentes en 2 à 4 exemplaires) sont gardées en main secrètement, sans limitation

La brouette

Chaque joueur dispose d'un plateau personnel représentant sa brouette. Un marchand qui se respecte ne se déplace jamais sans sa brouette : c'est connu. Ce plateau joue le rôle de compteur de ressources, qui sont au nombre de 4.

Il est possible d'acquérir jusqu'à 3 agrandissements au cours du jeu, matérialisés par une plaquette qui augmente la capacité de stockage de 1 pour chaque ressource. A noter qu'agrandir sa brouette au maximum est récompensé par un précieux rubis, lesquels sont également stockés en bas de ce plateau.

Le tour de jeu

Les joueurs jouent en sens horaire, et à leur tour ils réalisent la séquence suivante :

1. Mouvement

Le joueur doit déplacer son pion marchand et la pile des pions assistants sous lui, de strictement 1 ou 2 tuiles horizontalement et/ou verticalement, avec l'obligation de changer de lieu.

Deux cas se présentent alors :

1.a) Il y a déjà un assistant à sa couleur sur ce lieu : cet assistant est alors intégré sous la pile

1.b) Il n'y a pas d'assistant à sa couleur sur ce lieu : un assistant doit alors être séparé de la pile et laissé sur le lieu. Si le joueur ne veut pas (ou ne peut pas car il n'a plus d'assistant avec lui), son tour s'arrête immédiatement.

2. Rencontres

Si des marchands adverses sont présents sur le lieu d'arrivée, le joueur doit leur verser à chacun la somme de 2 lires. S'il ne veut pas ou ne peut pas, son tour s'arrête immédiatement.

3. Action du lieu

Le joueur réalise l'action associée à son lieu d'arrivée (voir ci-après pour le détail).

4. Rencontres (décidément)

Après l'action :

4.a) Tout membre de famille d'un autre joueur présent sur le lieu, est capturé et envoyé sur la tuile Hôtel de police. En récompense, le joueur obtient 1 carte Bonus ou 3 lires pour chaque membre de famille adverse concerné.

4.b) Si le pion Gouverneur est présent sur le lieu, le joueur peut piocher une carte Bonus et, en échange, défausser une carte Bonus ou payer 2 lires. Le Gouverneur change ensuite de lieu aléatoirement.

4.c) Si le pion Contrebandier est présent sur le lieu, le joueur peut obtenir une ressource de son choix et, en échange, payer une ressource de son choix ou 2 lires. Le Contrebandier change ensuite de lieu aléatoirement.

La séquence peut être interrompue à tout moment par le joueur pour jouer une ou plusieurs carte Bonus, sans restriction de nombre.

Les actions des lieux

Fabricant de brouettes : achetez un agrandissement de brouette contre 7 lires

Entrepôts (x3) : c'est le moment de charger votre brouette, en augmentant l'indicateur d'une ressource (respectivement rouge, verte ou jaune) jusqu'au maximum de sa capacité.

Bureau de Poste : checkez votre courrier, il se pourrait qu'un colis inattendu contenant un assortiment de ressources et lires vous y attende ! Le contenu dudit colis varie à chaque utilisation du lieu.

Caravansérail : piochez deux cartes Bonus, ajoutez-les à votre main, puis défaussez une carte Bonus.

Fontaine : on arrête de s'éparpiller et on rappelle ces incapables d'assistants. Réintégrez sous votre pile autant de pions assistants que désiré. Ce lieu déroge par ailleurs aux règles suivantes : il n'est pas nécessaire d'y posséder un assistant à l'étape 1 du tour de jeu, et l'étape 2 y est ignorée : il n'y a pas à payer les éventuels marchands adverses déjà présents sur la Fontaine.

Marché Noir : dans l'ordre de votre choix, gagnez une ressource rouge ou verte ou jaune ; lancez les deux dés pour gagner entre 0 et 3 ressources bleues. Habitués du double 6, ce lieu est pour vous.

Maison de thé : choisissez un chiffre entre 3 et 12, puis lancez les deux dés. Si le résultat est supérieur ou égal à votre annonce, gagnez ce montant en lires. Sinon, prenez la somme de compensation pour les loosers : 2 lires.

Marché (x2) : vendez de 1 à 5 ressources figurant sur la tuile de demande actuelle du marché, pour une somme variant de 2 lires (1 ressource) à 25 lires (5 ressources). La demande du marché varie après chaque vente.

Hôtel de police : votre intervention éclairée permet de résoudre la regrettable méprise qui faisait peser des soupçons infondés sur votre honnête cousin. Si votre pion "Membre de la famille" était retenu à l'Hôtel de police, placez-le sur un autre lieu de votre choix. Vous obtenez immédiatement l'action de ce lieu.

Petite et Grande mosquée : en récompense de votre dévotion, obtenez une tuile Mosquée conférant un avantage permanent, si toutefois votre brouette contient au moins autant de ressources qu'indiqué par cette tuile.

Ces avantages, au nombre de 2 par Mosquée, sont fixes et chaque joueur ne peut les acquérir qu'une fois chacun. En outre, dès lors qu'un joueur obtient les deux avantages d'une même Mosquée, il récolte immédiatement un puissant rubis.

Palais du sultan : le sultan est avide de ressources, sachez le satisfaire et obtenez en retour un magnifique rubis ! Constatant qu'il y a encore des parvenus prêts à remplir ses moindres désirs, le sultan revoit à la hausse ses exigences pour le prochain rubis.

Négociant en pierres précieuses : quand on a les poches bourrées de lires, le plus direct, pour les rubis, c'est encore se les payer cash. Pour chaque rubis ainsi acheté, la loi de l'offre et de la demande fait toutefois monter les prix.

Fin du Jeu

Lorsqu'un joueur obtient son 5e rubis, on finit le tour de table de manière à ce que chaque joueur ait joué le même nombre de tours. Ensuite, chaque joueur peut encore jouer d'éventuelles cartes Bonus restantes.

Le joueur possédant le plus de rubis remporte alors la partie ! Les (probables) égalités sont départagées en fonction des lires restantes, puis des ressources, et enfin des cartes Bonus.

Voilà, vous savez tout ou presque sur ce qui s'annonce comme un poids moyen-léger avec une bonne dose de calcul, un peu de gestion, mais aussi de l'aléatoire et d'autant plus d'interactions que le nombre de joueurs sera élevé.

Tout en restant très convenu voire éculé au niveau du thème et de la majorité des mécanismes, cet Istanbul se distingue néanmoins par une belle originalité avec le principe des pions assistants.

Il parait suffisamment rusé pour satisfaire des joueurs avertis, tout en restant relativement accessible aux néophytes. De plus, si l'on en croit l'éditeur, sa durée reste contenue à 5 joueurs. L'interaction et les blocages sont sur le papier bien présents : les 2 lires à payer à un adversaire sont a priori suffisamment dissuasives pour forcer, sauf cas extrême, à changer ses plans.

Prendre le temps d'améliorer sa brouette et ses compétences, ou au contraire rusher pour s'arroger les rubis au taux le plus intéressant : plusieurs voies vers la fortune se dessinent déjà...

Avis de la rédaction

avatar
Istanbul est un très bon jeu léger. Son gros avantage est qu'il est très visuel et facile à expliquer. Il se joue vite. Il y a moyen de gêner un adversaire pour le ralentir. Il ne faut pas oublier qu'il s'agit d'un jeu de courses aux points de victoire comme beaucoup, l’interaction reste assez légère. Un autre intérêt de ce jeu est qu'il est parfaitement jouable avec des enfants de 8-10 ans (pile poile l'age des miens), et que cela fonctionne parfaitement avec eux (un enfant de 8 ans aura parfois besoin d'aide quand même, mais il comprendra parfaitement les règles).
Réagir à cet article

Il y a 4 commentaires

jedisjeux
By bgarz | 4 mars 2014 15:10

Merci pour cette news Grovast.

Celui-là je l'attends... Rudiger Dorn est un auteur allemand plutôt discret dans ses parutions de jeux mais assez efficace à chaque fois

Mais pas vu sur le stand Matagot à Cannes ni au off et pourtant il était annoncé!

En consolation je suis tombé sur celui-là au off pendant la présentation des jeux OYA

http://www.jedisjeux.net/faulpelz

Une belle surprise pour un jeu pas si familial que ça comme pourrait le laisser entendre le titre français "le paresseux"

jedisjeux
By limp | 4 mars 2014 15:25

Bah moi à la lecture, je pense qu'il aura une saveur pas vue ailleurs du fait des règles, que je ne trouve du coup pas "éculées". Reste que le côté "abstrait" de certains mécanismes, couplé avec une dose de hasard (et pas mal d'interactions -blocages et/ou voler les pions adverses) va faire un curieux mélange. Origin avait un peu de ça (mais doit être plus léger m'est avis). Un quitte ou double du coup sur l'intérêt du jeu. Affaire à suivre...

jedisjeux
By Grovast | 4 mars 2014 15:35

Cet adjectif, qui n'engage de toute façon que moi, se rapportait surtout au thème.

Et de toutes manières le commentaire final est à prendre avec des énormes pincettes puisque basé uniquement sur une impression à la lecture de règle.

Concernant la commercialisation d'une VF par Matagot, en effet c'est curieux qu'il n'y ait aucune comm' officielle ni démonstration à Cannes puisque la date de "courant mars" était annoncée. Du coup, j'y crois moyennement.

jedisjeux
By limp | 4 mars 2014 15:37

Je ne revenais pas sur ton impression : je donnais la mienne.