The River

Days Of Wonder nous propose avec The River un nouveau jeu dans leur gamme de boite carrée toujours bien remplie !

L'éditeur a dû cette fois traverser les Alpes pour réussir à recuter deux auteurs suisses en la personne d'Ismaël Perrin pour son premier jeu et Sébastien Pauchon, un auteur beaucoup plus prolixe avec en vrac Jamaïca, Yspahan, Jaïpur, ou récemment Oliver Twist ou Team Up !

Après avoir découvert en images le contenu de la boite de The River, je vous présente dans cet article mon ressenti après quelques parties sur ce jeu familial mais pas que...

Le matériel

La boite de jeu contient pas mal de matériel : 1 plateau principal recto verso représentant 7 îles, 4 sets de pièces (1 par joueur), 1 plateau fleuve recto verso, 1 bateau, 5 meeples pionniers, 44 ressources en bois, 65 tuiles terrain, 1 pion premier joueur, 33 cartes bâtiment, 20 jetons bonus et un livret de règles.

Au dire de se répéter, on est chez Days Of Wonder, l’ensemble est encore de qualité avec des plateaux et des tuiles au carton bien épais, avec des jolies ressources et des meeples en bois. Le livret de règles est clair et aéré et le thermoformage est bien pensé.

Pour vous faire votre avis, je vous renvoie au CLDB qui vous détaille en images tout le matériel.

L’éditeur Days Of Wonder met toujours un point d’honneur à faire un travail éditorial qualitatif, et avec ce jeu The River c’est encore un sans faute. On saluera aussi le travail d’Andrew Bosley pour ses illustrations qui renforcent l’idée d’un jeu familial et accessible.

Les règles

Le livret de règles comporte huit pages toutes bien aérées avec beaucoup d’illustrations et d’exemples. La mise en place du jeu est facilitée grâce à la double page « certifiée Days Of Wonder touch » qui illustre pas à pas l’installation du matériel pour débuter une partie.

But du jeu : envoyer des pionniers le long d’une rivière pour récolter des ressources et construire des bâtiments.

Tour de jeu : 

Après le tour préliminaire où chacun choisit une tuile terrain de départ, les joueurs déplacent l’un de leurs pionniers depuis leur bateau vers l’une des îles du plateau principal pour effectuer l’une des actions suivantes : 

  • Revendiquer une tuile terrain : le joueur prend une tuile face visible et la place sur son plateau fleuve. Si celle-ci recouvre des ressources il faudra les déplacer dans d’autres entrepôts sinon elles seront perdues…

  • Produire des ressources : le joueur prend autant de ressources du type indiqué qu’il possède de symboles visibles sur son plateau ou ses tuiles. Attention, les ressources doivent pouvoir être stockées dans ses entrepôts.

  • Réserver un bâtiment : le joueur prend une des cartes bâtiment face visible et la place face cachée devant lui. Désormais il paiera une ressource de moins pour la construire. (maximum 2 cartes)

  • Construire un bâtiment : le joueur doit payer en ressources un des bâtiments face visible ou un des bâtiments réservés (moins 1 ressource). Le joueur glisse ensuite la carte sous son plateau individuel à droite et prend le plus haut jeton bonus qu’il place face cachée sur le plus haut emplacement. Lors de la deuxième construction, le joueur libère un ouvrier supplémentaire.

  • Prendre le pion premier joueur : le joueur s’empare du jeton premier joueur pour pouvoir commencer la prochaine manche.

  • Permuter des tuiles terrain : le joueur a le droit de permuter deux tuiles terrain sur son plateau fleuve pour lui permettre d’augmenter ses points en colonne (voir plus loin). Attention, les ressources présentes sur la tuile bougent avec la tuile.

A noter que durant son tour de jeu, un joueur peut échanger des ressources contre de la nourriture (3 pour un).

Décompte final :

Chaque joueur additionne la valeur de ses jetons bonus et des bâtiments construits et il ajoute :

1point par lot de 3 ressources

2 points par colonne de deux tuiles identiques en commençant du haut.

Ou 6 points par colonne de trois tuiles identiques en commençant du haut

Et les points bonus accordés par les différentes tuiles prairie (cf. annexe dernière page du livret de règles).

Avec seulement 6 actions toutes bien expliquées sur le plateau de jeu, les règles sont assimilables et jouables très vite. Elles permettront à un public familial de vite rentrer dans une partie. 

Pour une première partie, il faudra peut-être se référer à l’annexe de la dernière page des règles pour comprendre les bonus des tuiles prairie. Pour les gamers, en trois coups d’œil ce sera réglé !

La durée de vie

Avec une mise en place rapide, des règles facilement assimilables et des parties courtes de 30 à 45 minutes, le jeu The River rentre parfaitement dans la gamme des jeux actuels où les joueurs veulent prendre du plaisir à jouer sans forcément rester plus de 2 heures autour d’une table de jeu.

The River est un excellent jeu d’initiation au placement d’ouvriers et à la gestion de ressources. Cela reste néanmoins un jeu assez opportuniste, et où les parties très courtes avec une course à la construction de bâtiments en frustreront plus d’un car d’une part il ne sera pas possible pour les plus calculateurs de mettre en place une stratégie sur du long terme et d’autre part le hasard du tirage de cartes bâtiments ou terrain peut parfois bloquer des joueurs (ne pas négliger l’emplacement premier joueur !).

Après plusieurs parties, il se confirme que le public gamer est plutôt « grincheux » alors que le public familial prend vraiment plaisir à jouer avec l’argument de dire que les règles sont simples et que le jeu est facile à jouer. 

Pour peu qu’on choisisse bien son public, le jeu pourra facilement ressortir de sa ludothèque. Le hasard du tirage de tuiles terrain associé au hasard du tirage de tuiles bâtiments permettra une bonne rejouabilité pour le public visé car cela nivèlera le niveau entre les joueurs.

Conclusion

The River réussit la prouesse de se présenter comme un jeu d'initatiation à la pose d'ouvriers et à la gestion de ressources. Avec son format et sa durée il rentre parfaitement dans les jeux recherchés par les joueurs en ce moment : un jeu rapide où on passe un bon moment ludique autour de la table avec une dose de stratégie suffisamment profonde pour s'amuser sans perdre les plus réticents aux pages de règles complexes.

Le matériel est comme d'habitude, avec Days Of Wonder, superbe et donne envie de jouer. J'ajouterai deux conseils pour se lancer dans les premières parties : d'une part de ne pas trop prévoir de stratégie à long terme car le jeu reste une course aux points et la fin de partie peut vite arriver et d'autre part, et au vu des quelques parties jouées, de ne pas négliger l'emplacement du premier joueur car même si cette action semble anodine elle peut s'avérer très utile pour garder du choix dans la récupération d'une tuile bâtiment ou d'une tuile terrain !

On saluera pour finir le retour en force à la création de Sébastien Pauchon après un passage à l'édition chez GameWorks ou chez les Space Cowboys. Et on me dit même dans l'oreillette que le partenariat Sébastien Pauchon/Days Of Wonder va se poursuivre en 2019...

Réagir à cet article

Il y a 1 commentaire

bgarz
By cyril83 | 13 févr. 2019 20:12

Testé en config 4 joueurs avec 2 gros joueurs et le jeu peut devenir très tendu entre joueurs :D

Bien aimé même si je me suis fait roulé dessus :D

PS : j'adore les dindons :D