Surproduction : et si on arrêtait tout pendant un an ?

Je suis tombé aujourd'hui sur un article qui m'a rappelé quelques souvenirs. L'article en question, c'est le suivant : Surproduction : et si on arrêtait tout pendant un an ?.

Il parle de la surproduction de bandes dessinées, et de l'absence de visibilité pour tout ce qui sort du "mainstream". Bref, une sortie en chassant l'autre, les bds passent rapidement aux oubliettes.

Cet article me rappelait le très bon article de Bruno Faidutti sans doute déjà cité ici, à savoir Je ne peux plus suivree.

Voici donc ces deux liens pour réfléchir à la surproduction de jeux. Quand je vois en moyenne dans la listes des sorties entre 15 et 20 jeux, c'est un nouveau jeu de société tous les deux jours.

Je conclurai par une réflexion que m'a fait un joueur une fois. Il m'a dit qu'il avait arrêté de suivre toutes les sorties, parce qu'il existait déjà suffisamment de jeux pour trouver son bonheur.

Je peux vous le confirmer ... j'ai trouvé quelques perles en occasion ... et si d'ici 6 mois, j'ai réussis à jouer à tout, je serai très content.

Répondre au sujet

Il y a 33 commentaires

UltraLord
By loic_425 | 19 avr. 2013 19:55

Et le pire c'est que je ne sais pas trop quoi jeter :-(

- kevetoile

Je pense que tu sais plus facilement quoi acheter :D :)

UltraLord
By kevetoile | 19 avr. 2013 19:26

Vous déterrez les posts là...

Je me rends compte que j'ai largement franchi ma limite de 100 jeux depuis 2011, je suis plutôt à 160, 200 aujourd'hui.

Et le pire c'est que je ne sais pas trop quoi jeter :-(

UltraLord
By Bardatir | 1 juin 2011 13:44

Pas mieux... J'ai la même triste impression. Nous sommes dans une période de surenchère ou les nouveaux éditeurs fleurissent chaque mois...

J'avais déjà lu ces articles, et de mon coté, je suis arrivé à peu près à une centaine de jeux, et ma ludothèque ne s'agrandit que doucement. Je pèse chaque acquisition pour posséder à peu près un peu de tout.

Au final... les jeux ont le besoin d'etre joués plusieurs fois et non en dévorant les derniers achats compulsifs réalisés ...

C'est dommage mais absolument pas étonnant. Le jeu de société se démocratise, il se multiplie, se diversifie en public, au détriment d'une quantité insoutenable de nouveautés... jusqu'a ce que le modèle économique ne montre ses limites, et la récession arrivera.

Espérons que cela ne suive pas le chemin débridé du jeu vidéo... mais qu'il reste encore un peu de ce petit monde peu attiré par les enjeux pécuniers mais plutot par la passion.

UltraLord
By kevetoile | 1 juin 2011 14:29

Je suis un peu pareil que Bardatir, je bloque à une centaine de jeux, j'hésite à acheter les nouveautés si j'ai déjà un jeu qui exploite le même concept, mais parfois, un thème suffit à me faire craquer.

Ce fut le cas pour King Of Tokyo par exemple.

Le marché du jeu de société est en pleine explosion, elle sera forcément suivie d'une période de récession ou les maisons d'éditions auront le choix entre fermer leurs portes ou arrêter certaines gammes et au final, le marché devrait évoluer un peu comme celui du jeu vidéo je pense.

On aura d'un côté les grosses licences, les valeurs sûres produites et vendues en masses aux masses, un des premiers éditeurs à suivre ce modèle est pour moi Asmodée, et de l'autre les petites maisons d'édition, un peu à la manière des indépendants du jeu vidéo. Qui joueront la carte du jeu de niche, à la minecraft / super meat boy.

Moi personnellement ça ne me gène pas que ça évolue comme ça, c'est dans l'ère du temps. C'est une évolution économique "normale", même si on risque de passer à côté de quelques perles du jeu de société trop underground pour trouver leur public.

Reste à savoir si, comme pour le jeu vidéo en son temps, le marché de l'occasion suivra un essort parallèle aux jeux neufs.

Pour ma part, je peine encore aujourd'hui à vendre mes jeux, faute d'acheteurs et/ou de plateforme de revente performante.

UltraLord
By UltraLord | 1 juin 2011 17:16

Pour ma part, je peine encore aujourd'hui à vendre mes jeux, faute d'acheteurs et/ou de plateforme de revente performante.

- kevetoile

Une piste à creuser peut être ...

En tout cas, je pense qu'il y a une véritable demande en occasion. Pour ma part je privilégie l'occasion au neuf.

Le neuf, je n'achète que du coup de coeur ou de la valeur sure. J'avais craqué sur Agricola (j'ai même pris l'extension) alors que je ne connaissais aucun jeu ou presque (monopoly, scrabble, crapette ...).

J'ai aussi craqué sur Keltis, parce que je ne le trouvais pas en occasion, et qu'il est un des rares jeux à avoir séduits réellement ma compagne.

Maintenant, l'occasion, c'est deux jeux pour le prix d'un en neuf ... C'est aussi un jeu qui a vécu, donc il est plus facile d'avoir du recul dessus (avis ici et là ...)

Et puis comme tu me l'avais dit, il y a déjà tellement de jeux qui existent ... qu'on trouve forcément son bonheur.

Après, Bruno disait qu'aujourd'hui, ça ne se faisait pas forcément encore au détriment de la qualité. Certes, il y a des éditeurs qui font plus dans le chiffre que la passion ... C'est un modèle économique assez classique ... Mais une fois les éditeurs repérés, il suffit de regarder à côté.

Mais le jeu se développe aussi beaucoup, donc de nouveaux auteurs, de nouveaux passionnés. Je ne suis pas le mieux placé pour savoir si on trouve beaucoup d'innovation dans les jeux actuels, mais c'est ce qu'il semblait dire.

Plus de jeux, et plus de bons jeux pour le résumer. C'est déjà mieux que plus de jeux, mais surtout des mauvais. Après, on verra à l'avenir ce que ça donne ...

UltraLord
By Bardatir | 8 juin 2011 15:43

Niveau revente... j'avoue que de mon coté j'achète beaucoup de neuf sur le web ou en petite boutique Stéphanoise pas cher ^^

Mais je commence à faire de la brocante ou l'on trouve des affaires vraiment allechantes ... (HeroScape de base a 10 euros tout neuf)

Je n'ai jamais encore vendu de mes jeux, je devrais peut-etre pour ceux que je ne vois pas tourner...

Je suis convaincu que les jeux peuvent avoir très facilement plusieurs vies.

De mon coté pour cette année je n'ai acheté que Biblios a Cannes, Off the dead, préco Wiraqocha et en ligne de mire Et Toque ...

Je connais aussi dans mon entourage ludothèque de très gros collectionneurs qui bradent des perles régulièrement... pour cause de madame pas contente de voir 1500 Jeux moisir dans le garage ! Ahhh la collectionnite aigüe...

Le marché de l'occasion devrait se développer petit a petit après les multiples sorties qui se passent ces 2 dernières années je pense...

UltraLord
By Bardatir | 15 juin 2011 16:23

Là tu parles de la France...

Par curiosité, j'ai regardé les boutiques de Prague quand j'étais en vacances... et oh surprise, dans la grande surface genre carrefour tu auras tous les carcassonne et tous les catan.

Dans l'équivalent du jouet club, tu auras du Horror Arhkam, du Memoire 44 du RFTG et du Agricola...

Ce qui me fait penser que ce ne serait pas l'introduction en grandes surfaces qui ferait du mal... Au contraire cela voudrait dire que le vrai grand public s'y intéresse ce qui n'est pas encore le cas.

Par ailleurs, les passionnés de Cinéma regardent tout, et les passionnés de BD lisent tout ou presque... je pense que c'est simplement un question de passion pour cela. Les gros joueurs seront toujours avides de nouveautés.

Oui j'aime me faire l'avocat du diable...

UltraLord
By Le Zeptien | 15 juin 2011 17:51

Juste deux questions :

- Allez vous voir tous les films qui sortent au cinéma ou en DVD ?

- Lisez-vous tous les livres qui sortent en librairie ?

La réponse est non évidemment. Alors pourquoi vouloir acheter tous les jeux qui sortent ? Pourquou vouloir jouer à tous les jeux qui sortent ? Y'a t'il une date de péremption sur les jeux qui nous oblige à les consommer toute de suite maintenant ? non bien sûr et pourtant.

Pourtant quand on entend certaines personnes, on a l'impression qu'il faut tout acheter, tout jouer (je n'arrive plus à suivre les sorties)..

- alainE

Je fais partie de ceux qui disent « Je n’arrive plus à suivre les sorties ». Le problème en ce qui me concerne n’est pas une volonté de « tout acheter, tout jouer », loin de moi une telle idée qui me semblerait effectivement bien absurde (même si les auteurs, éditeurs, vendeurs ne s'en plaindraient pas). Non, en fait, le problème est ailleurs.

Avant tout, je ne pense pas que la désormais habituelle comparaison avec les CD, les livres ou les DVD soit une bonne comparaison pour le jeu de plateau…je m’explique :

Tout d’abord, la disponibilité : Une immense quantité de livres, CD, ou DVD est régulièrement « rééditée », si bien que parmi les nouveaux produits qui sortent maintenant (et susceptibles de me plaire s'entend), j’ai de fortes chances d’en retrouver disponibles dans 5 ou 10 ans. Pas la peine de se presser…

Pour les jeux, c’est moins certain, beaucoup moins certain, surtout qu’en plus les nombres d’exemplaires édités n’ont rien à voir avec les produits cités plus haut. Louper un jeu maintenant, c’est peut-être le louper pour (très) longtemps. Tu peux m’assurer à 100% que dans 10 ans, j’aurais, par exemple, toujours un « Régents » de disponible en boutique ? Non, et tu le sais bien. Par contre je sais que s’il me prend l’envie d’acheter un CD de Coldplay, un bouquin de Houellebecq ou la trilogie du Seigneur des Anneaux en DVD, ce sera surement dispo quelque part, même dans 10 ans (et même si la forme du support change d’ailleurs). Oui, les jeux qui entrent dans un « fond commercial » permanent ne sont pas si nombreux. La frustration peut-être importante lorsque l’on est passé à coté d’un jeu qui s’avère être un grand jeu.

L’usage : On peut écouter un CD seul, voir un film (ou un DVD) seul, on peut lire un livre seul [Navré, j'ai écrit ce texte sans avoir eu le temps de lire ton message précédent]. Par contre, le jeu de plateau, en dehors de quelques exceptions évidemment, demande des partenaires. Et alors me diras-tu ? Et bien, la pratique m’a démontré que beaucoup de jeux correspondent à un certains moments pour être joués . Il y a même des modes, souvent éphémères. Or, trop de jeux sont victimes du « "zapping ludique" : 3 parties, et basta, il devient alors difficile de le présenter pendant une soirée parce que…il y a eu des nouveautés ! Beaucoup de nouveautés. Et sans partenaire pour jouer à ton Alhambra tout neuf déjà has-been pour certains, ben à la place, tu joues à Olympos ou Lancaster. Et oui, pour être certain de jouer à Alhambra, il fallait l’acheter à l’époque ! Avec moins de sorties, de nombreux jeux seraient un peu plus appréciés à leur juste valeur, les achats de jeux un peu plus « rentabilisés » (car, et la aussi d’expérience, ce sont toujours un peu les mêmes qui achètent des jeux) et on aurait sur les forum des échanges un peu moins « légers ». Tandis que si j’ai envie d’écouter un vieil album de Gainsbourg, lire du Péguy ou me revoir un western avec John Wayne, j’ai besoin de personne, et c’est quand je veux.

Quand je dis que je n’arrive plus à suivre, c’est pour exprimer le sentiment qu’il devient difficile pour moi de faire des choix (pour des raisons financières, de places, mais aussi d'opportunité d'avoir une chance de sortir le jeu souvent) parmi les jeux sensés m’intéresser, sachant qu’en même temps, il faut être un peu dans le « moove » si je veux trouver des partenaires pour jouer au jeu que j’ai acheté et apporté (et dont je me suis surement entarté les règles, et là aussi, je sature un peu). ça traduit aussi la frustration de voir des nouveautés arriver et "écraser" la plupart des jeux précédents, si bien que, par exemple, admirateur de jeux aussi différents que Im Schatten des Kaisers ou Byzantium, j'ai du en faire sur chacun 5 ou 6 parties en...5 ans. pas facile d'imposer des jeux "anciens"...

Enfin, on ne me fera pas croire que les auteurs ne sont pas eux-aussi un peu frustrés par ce phénomène.

UltraLord
By loic_425 | 15 juin 2011 20:21

Je pense qu'il va falloir accepter de passer à côté de perles ludiques.

Et puis si c'est vraiment une perle, un jour il a quand même ses chances d'être réédité, regarde goa, evo modern art, les princes de florence.

Je suis tout à fait d'accord avec toi sur le problème d'être "dans le moove" que tu rencontres beaucoup en jouant en asso de jeux, c'est d'ailleurs une des raisons pour laquelle je ne souhaite pas jouer en asso car il y a toujours un des joueurs qui ramène son dernier achat et toi tu sors aucun de tes jeux et pire encore tu ne joues jamais au même jeu !

Cela dit ça dépend quand même des assos...

En fait c'est plutôt à nous d'arrêter d'acheter constamment. J'invite donc à prendre le jeu pour ce qu'il est "le plaisir de jouer avec des amis" et non "tester le dernier jeu à la mode" parce que ça fait bien de dire que l'on a joué à lancaster (cela dit j'ai bien envie de l'avoir celui-ci moi :D oui je suis faible comme tout le monde :oops: ).

Au niveau place, il y a un sacré problème. Bien sûr il faudrait ne conserver que les perles.

Mais nous avons un problème : la taille de la boîte.

Prenez une collection de livres, de bds, de dvd (ou de blu-ray), cela ne prend pas autant de place !

Quand je vois ce qu'arrive à faire Winning moves avec ses plateaux pliés en 6 ! (clans, alexandros, submarine et plusieurs autres jeux).

UltraLord
By Blue | 15 juin 2011 20:42

Je pense qu'il va falloir accepter de passer à côté de perles ludiques.

- loic_425

Il n'y a pas que ça dans le discourt de Philippe.

C'est aussi que les perles ludiques passent à côté de nous.

Imagine un Zavandor (une grosse variante d'Outpost) qui sort aujourd'hui, avec son look médiocre et sa première partie hyper calculatoire. Pour apprécier vraiment ce jeu, il faut 4-5 parties. Il a marché parce que des gens se sont intéressé à ce jeu. Aujourd'hui, avec la profusion, une boite comme Lookout ne pourrait plus prendre un tel risque, et d'ailleurs, ça ferait un flop total.

On laisse sa chance à Régent parce que Alain a fait des pieds et des mains pour le faire connaitre, mais le risque est gros, car là encore, ce n'est pas un jeu qui s'apprécie à la première partie. Mais combien de Régent il y a parmi les centaines de jeux qui sont sortis cette année ?

Pourquoi on voit refleurir des succès disparu des années 90 (ResPublica Romana, SmallWorld, Evo, Méditerranée, on a même entendu parlé d'un Dune), alors qu'ils ne sont plus édités depuis 10 ans ou plus ?

Pour moi, le virage s'est fait avec l'échec de Goa (d'ailleurs, il va aussi être réédité).

On voit certes des jeux comme Endeavor, Agricola ou Race for the Galaxy, mais ils sont poussés par des gens qui y mettent toute leur énergie pour aider (pour Agricola, le nom de l'auteur a aussi pas mal aidé).

Combien de jeux qui ont autant de qualité voir plus que tous ceux cités ne sortent pas parce qu'ils ne trouvent pas d'éditeurs ?

Enfin, tout ça pour dire que j'ai l'impression que le marché a pris la direction d'un clash.

Le passage aux grandes surfaces n'est pas si loin : on parle de plus en plus des jeux de sociétés dans les médias.