Michael Menzel

Allemagne

Présentation

Michael Menzel est né en 1975. Il vit à Krefeld avec sa femme et son fils Johannes. Il a débuté sa carrière d'illustrateur de jeux en 2003.

Specifications


Auteur
11 Jeux
Illustrateur
134 Jeux
Zone géographique
Allemagne
Site web
http://www.atelier-krapplack.de/

Avis

Une Colonne de Feu

Plutôt une jolie chandelle

| 1 sept. 2018 | Le Zeptien

Ayant conservé de bons souvenirs de Un monde sans fin, un peu moins des Piliers de la terre, j'étais vraiment curieux de voir ce qu'allait donner ce nouveau jeu de Michael Rieneck, surtout que j'étais en train de lire le roman de Ken Fawlett. C'est toujours très sympathique de retrouver en jeu des personnages dont on lit les aventures par ailleurs et à chaque fois, je me demande quelles caractéristiques vont être retenues pour rester fidèle au roman.

Le matériel est très correct, et les illustrations de Michael Menzel sont agréables ; J'ai même eu la surprise de reconnaître quelques figures du roman tels que je me les imaginais. Les mécanismes du jeu, fondés sur une gestion de dés, de placements parfois aggressifs et de choix religieux fonctionnent assez bien, il est même possible de faire preuve de fourberie pour placer vos adversaires dans l’embarras. Comme dans le roman, la rivalité entre les catholiques et les protestants joue un rôle important et il vous faudra parfois changer de camp.

Ceci étant dit, j'ai joué 3 parties, toutes à 4 joueurs et j'ai gagné 3 fois. Donc, vous êtes en train de vous dire « D'accord, ce jeu doit surement lui plaire »... 

Et bien oui… et non. En fait, j'ai eu l'impression d'en avoir fait le tour après la troisième partie, ce qui est très inhabituel chez moi, et le fait d'avoir gagner n'y est vraiment pour rien. Non, Une colonne de feu n'est pas un jeu désagréable, mais il entre dans la catégorie de ces jeux plus légers qu'on pourrait le penser, proposant une profondeur stratégique un peu faible. Il peut y avoir un brin de négociation, mais il y a surtout beaucoup d'opportunisme. La part d'aléatoire (plus sur l'apparition des cartes que les résultats des dés) a fait tiquer certains de mes adversaires durant les parties, et parfois à juste titre je le reconnais. Après, il y a quelque chose auquel j'accroche pas toujours, ce sont les fins de partie genre « le premier à atteindre x points gagne ou provoque le dernier tour » parce que parfois je trouve que ça ne colle pas avec l'ensemble...et c'est le cas ici. Et puis cela manque un peu de souffle tout ça...

Donc, et bien… j'ai fini par revendre ma boite. Oui, ces derniers temps, j'ai fait quelques achats pas bien inspirés et Une colonne de feu en fait hélas partie. Il est rare que je me sépare aussi rapidement d'un jeu (c'est toujours un peu douloureux pour moi), mais j'avais vraiment plus envie d'y revenir.

C'est dommage, je souhaitais peut-être un peu trop retrouver les sensations de Un monde sans fin.

 

Robber Knights

étrange mais amusant

| 18 mai 2017 | william150574
Une petite merveille. Certes ce n'est pas un GROS jeu (ni même beau jeu) cependant il nécessite certaines qualités utiles à tous joueurs cherchant des jeux d'anticipation, de mémoire et de gestion de cartes ou plutôt tuiles. A essayer

Shogun

imposant...du lourd

| 18 mai 2017 | william150574
Beau jeu de conquête et de gestion... interactions entre les joueurs intéressantes et le côté programmation force chacun à prendre des risques. Très beau jeu sorti du cerveau du fameux Dirk d'alhambra...je l'adore...

Andor

Un mix JDR/JDS plutôt bien réussi

| 18 mai 2017 | Ryleh
Il faut toujours essayer au moins deux fois un jeu. Ma première impression était mauvaise, lorsque je l'ai essayé il y a deux ans sur une convention ludique. Je l'ai emprunté à des amis et on a enquillé trois scénarios à la suite avec mon fils, tout au long de la semaine, à coups d'une heure par ci, une heure par là. Finalement, ce relifting du bon vieux Talisman/Heroquest est plutôt pas mal fait (***). Je regrette toujours le côté figé, et finalement assez linéaire des histoires. Il faut récupérer des objets magiques, des pièces d'or, booster son personnage avant d'oser affronter les monstres plus puissants. Ca ne change pas, c'est un peu la limite de ce type de jeu qui place finalement un JDR sur un JDS. Mais l'immersion est presque parfaite. Les règles sont simples et expliquées de manière à entrer progressivement dans le jeu. Le matériel magnifique permet finalement de dresser une belle épopée : on subit d'abord les assauts des ténèbres en surface avant d'aller oser le poutrer dans son antre, dans les sous-sols. Bref, avec les extensions qui vous proposent d'autres aventures, des personnages en plus, vous avez des heures devant vous en perspective si vous n'êtes pas rôlistes.