Between Two Castles (of the mad king Lugwig)

Connaissez vous le château de Ludwig Otto Friedrich Wilhelm von Wittelsbach ? Neuschwanstein

C'est un endroit charmant, empreint de romantisme, faussement médiéval mais qui a été une réelle inspiration pour Walt Disney.

L'architecture de ce château semble loufoque mais elle avait pour objectif de permettre à son propriétaire de s'évader de ce 19ème siècle, industriel et vulgaire.

Etes vous prêt à relever le défi pour construire le château le plus harmonieux pour le Roi Ludwig ? Alors, suivez le guide : dans Between two castles "of the mad king ludwig" vous n'allez pas bâtir un château pour Ludwig, mais deux !

Pour cette découverte des châteaux de Ludwig je vous propose de découvrir :

  • l'intérieur de la boîte,

  • la description des mécanismes du jeu,

  • et nous finirons par l'origine de "Between 2 castles of the mad king Ludwig" :  "Between 2 cities". et "Castles of the mad king Ludwig"

Le matériel :

Il n'y a qu'un mot, c'est Royal !

Je ne connais pas beaucoup de jeux qui peuvent se vanter d'avoir autant d'illustrations.

Il ne serait pas raisonnable de toutes vous les montrer, alors en voici juste un aperçu :

Les tuiles :

les tuiles jaunes et violettes

les tuiles jaunes et violettes

La hauteur de piles permet d'estimer le nombre d'illustrations.

Chacune des 7 couleurs est présente 21 fois et toutes les tuiles sont différentes.

Les tuiles oranges et vertes.

Les tuiles oranges et vertes.

Il y en a pour tous les goûts : de nombreux animaux sont représentés, et en majorité des chats. Mais les plus sympathiques ce sont les cochons, hilares dans leur bain de boue tiède.

 

Les tuiles bleues, blanches et mes préférées les tuiles noires

Les tuiles bleues, blanches et mes préférées les tuiles noires

Les tuiles bleues, bien qu'ayant toutes le même pouvoir, ont elles aussi des titres et des illustrations différentes. Une partie du sel du jeu réside dans cette diversité de salles. Ainsi, on s'amuse des placements les plus incongrus et toujours renouvelés. J'en connais même qui se sont félicités d'avoir placé la porcherie au dessus de la chambre de la reine.

Les tuiles noires, les souterrains, sont les plus lugubres. Pour la plupart, ces tuiles sentent le souffre ; on hésiterait à y passer sans prendre une lampe torche de secours.

 

Suite des tuiles, avec le coeur de votre château : 

La salle du trône :

Cette fois ci toutes les illustrations sont identiques , seuls les pouvoirs changent. (je ne me formalise pas).

Cette fois ci toutes les illustrations sont identiques , seuls les pouvoirs changent. (je ne me formalise pas).

7 tuiles de départs ! Oui car l'un des points forts de "Between Two Castles" c'est qu'on peut y jouer jusqu'à 7.

 

Cette salle du trône peut accueillir des marqueurs bonus :

Les préposés royaux :

4 types de proposés royaux. Illusionniste, Jongleur, Peintre et Garde.

4 types de proposés royaux. Illusionniste, Jongleur, Peintre et Garde.

Ils sont obtenus quand vous spécialisez votre château sur les tuiles violettes : 3 foyers donnent un préposé royal.

Chaque préposé marquera un point par symbole de son type présent dans le château.

 

Les tuiles bonus :

1 fontaine,  1 tour & 1 grand foyer.

1 fontaine, 1 tour & 1 grand foyer.

Toutes identiques et en quantité suffisantes pour être présentes dans 7 châteaux.

Elles sont obtenues quand vous spécialisez votre château sur un certain type de tuiles :

3 jardins donnent une fontaine, 3 chambres donnent une tour et 3 corridors donnent un grand foyer.

 

Les cartes bonus :

Elles sont obtenues quand vous spécialisez votre château sur les tuiles oranges :

3 salles utilitaires donnent le choix d'une carte bonus sélectionnée parmi 3.

 

Les pions châteaux :

Tous différents, ils représentent des châteaux existants (dont Neuschwanstein ). Ces pions marquent la limite entre deux joueurs et permettent d'accueillir les paquets de tuiles du draft une fois que le choix est réalisé. Ce formalisme évite les désynchronisations entre les joueurs trop pressés et ceux qui se font toujours attendre.

 

Les cartes d'aide de jeu :

Ces 7 cartes rappellent l'essentiel du jeu:

  • Là où les tuiles peuvent se placer par rapport à la salle du trône (niveau 0) :

          - Les tuiles jaunes, oranges, violettes, vertes, et bleues se placent au niveau 0 et plus.

          - Les tuiles blanches se placent à n'importe quel niveau.

          - Les tuiles noires se placent en dessous du niveau 0         

  • Le décompte des points pour chaque type de tuiles
  • Le bonus obtenu quand on spécialise le château 3 fois sur la même tuile
  • Les bonus obtenus quand on spécialise le château 5 fois sur la même tuile

 

Le carnet de feuilles de scores :

Quelques feuilles recto verso, de quoi faire un certain nombre de parties.

Quelques feuilles recto verso, de quoi faire un certain nombre de parties.

 

Le rangement :

Là encore on est sur du beau et du bien pensé. Au lieu de présenter un seul thermoformage on en a 2 petits :

Le thermoformage des tuiles speciales, préposés royaux et cartes bonus.

Le thermoformage des tuiles speciales, préposés royaux et cartes bonus.

Le thermoformage des tuiles, des salles du trône et des pions château.

Le thermoformage des tuiles, des salles du trône et des pions château.

Ces deux thermoformages sont prévus avec des couvercles qui limitent les mélanges.

Ils s'assemblent à l'intérieur de la boîte et donnent un semblant d'ordre :

La boîte remplie !

La boîte remplie !

 

 

Les mécanismes du jeu

La forme du château importe peu, l'essentiel c'est qu'il plaise à Ludwig.

La forme du château importe peu, l'essentiel c'est qu'il plaise à Ludwig.

Du Draft, oui, mais pas seulement !

"Between Two castles" repose sur le draft. Comme tous les jeux basés sur ce mécanisme l'avantage c'est que la partie est bien structurée : les tours de jeux sont simultanés donc il n'y a que peu de temps morts. Ici, les seules latences sont causées par le choix des bonus, qui peuvent potentiellement s'enchaîner.

Vous allez me dire; "oui, mais cela change quoi par rapport à un bon vieux Seven Wonders"

La particularité de  "Between Two castles" vient du fait que chaque joueur est obligé de discuter avec ces deux voisins pour assembler au mieux les châteaux qu'il partage. Vous allez devoir construire un château à droite avec le joueur de droite et un château à gauche avec le joueur de gauche. Il ne s'agit pas d'une coopération totale car la finalité du jeu est bien compétitive : comme vous obtenez le score du plus faible de vos châteaux vous allez même peut être devoir freiner un château que vous pensez trop brillant pour en favoriser un plus chétif.

Ce qui est génial avec ce mécanisme c'est que si vous devez intégrer des joueurs découvrant ce jeu ou des enfants, il vous suffit de les intercaler autour de la table avec des "vétérans de la construction de château". Ces derniers se sentiront bien obligés de coacher les petits nouveaux.

 

Un mariage réussi

L'origine de "Between 2 castles of the mad king Ludwig" est peu commune.

Il s'agit d'une fusion, dans le bon sens du terme : il existe bien "Between Two cities." mais aussi "Castles of the Mad king Ludwig".  Et le petit nouveau, bien inspiré, a récupéré le meilleur des deux.

 

Une boîte de Between 2 cites

Une boîte de Between 2 cites

Le mécanisme du draft et celui de la collaboration entre voisins est à 100% inspirée de Between Two cities.

Et c'est un peu normal car à la création on retrouve les même auteurs.

L'un des principaux avantages était déjà présent chez B2Cities, la limite du nombre de joueurs à 7 !

Par contre, et après avoir fait quelques parties pour comparer, Between Two Castles est bien plus attrayant et cela pour plusieurs raisons :

  • Pour les illustration des tuiles.
  • Pour l'ergonomie à l'intérieur de la boîte.( Cf la photo ci dessus)
  • Mais aussi, et surtout, pour le côté débridé et loufoque

La principale contrainte que demande B2Cities est de construire une ville dans un carré de 4x4 tuiles. Et c'est justement la suppression de cette limitation qui rend la construction de B2Castles bien plus agréable car le jeu vous donne déjà bien suffisamment de contraintes.

Par ailleurs, au bout d'une dizaine de parties, on a toujours l'impression de pouvoir innover dans la construction des châteaux. B2Cites plus simple (limite d'âge minimum 8 ans au lieu de 10), paraît rapidement plus répétitif et reste finalement assez austère.

Pour l'autre côté de la fusion,  Castles of the Mad king Ludwig, est un jeu bien plus classique : placement de tuiles et compétition totale entre les joueurs (4 max). Il est aussi plus compliqué (limite d'âge minimum 13 ans).

B2Castles a récupéré de cet aïeul l'essentiel de l'iconographie des salles ainsi que le principe des cartes bonus associées aux tuiles utilitaires (oranges).

Je n'ai malheureusement pas pu le tester pour finir la comparaison, mais la lecture des règles en VO m'a donné l'impression d'un "bon gros jeu" qu'il faudra bien un jour essayer ... car lui aussi, donne certaines bonnes sensations de jeu assez loufoque.

 
 
Un incontournable depuis quelques mois entre amis et famille.
Beau, bien pensé, jouable à 7, et rapidement accessible pour des nouveaux joueurs "bien encadrés".
Between Two Castles ne demande qu'à être essayé.

 

 

Réagir à cet article

Il n'y a aucun commentaire

nico
By Krissou | 17 sept. 2019 05:31

J'ai eu l'occasion de le découvrir lors d'une soirée jeu, mais c'est pas ma came. Le jeu est très joli, il tourne bien, mais je suis pas fan des interminables discutions avec le voisin de gauche et de droite pour décider les tuiles à mettre. De plus, à l'explication du jeu, on se perd un peu dans toutes les possibilités de scoring ce qui fait que pour moi il est pas évident à appréhender pour des non habitué au gros jeu (on l'a vu sur la partie qu'on a joué.

 

Bref, j'ai pas détesté ma partie, mais je ne me suis pas éclatée non plus :p