[Débat] Des enfants et des jeux

Pari gagné pour moi, j'ai réussi à remplacer, fort avantageusement, la soirée télé par la soirée jeu de société. Mais, à accumuler les jeux et les parties, de nombreuses questions commencent à se poser réellement à moi concernant les jeux de société et les enfants.

La première, mais celle qui à mon avis fait aussi le moins débat, est : "faut-il laisser gagner les enfants ?", suivie de "et même juste une fois de temps en temps ?".

Apprendre les jeux de société, c'est aussi apprendre la vie en société, des règles, les mêmes pour tout le monde : l'égalité des chances en somme.

Sauf que, en bons parents protecteurs, et parce qu'il est plus agréable de voir sa progéniture le sourire aux lèvres, nous avons tous pêchés, et nous avons tous, au moins une fois dans notre vie, laissé gagner nos chers bambins.

Alors ma question, à tous les parents, tontons, tatas & co., c'est : "est-ce que vous laisser gagner les enfants avec qui vous jouez ?". Pour ma part, la réponse est "j'évite". Je ne peux pas dire que je ne le fasse pas, car jouant à certains jeux abstraits avec Raphaël (7 ans), jouer sans le laisser prendre de l'avance, c'est le condamner de facto à perdre à chaque fois, et à ne pas prendre de plaisir.

Et oui, le plaisir, c'est aussi gagner de temps en temps ... apprendre à construire petit à petit son jeu, même si ça ne suffit pas à gagner. Souvent, je le laisse mettre en place son jeu, jusqu'au dernier moment où je l'achève. Défi pour moi de ne pas commencer à jouer trop tard. Défi pour lui de construire quelque chose de pertinent.

Et puis bien évidemment, je l'aide au cours du jeu, selon qu'il découvre ou pas. Mais si je jouais pour gagner, ce serait ne lui laisser aucune chance ...

La seconde question, qui découle un peu de la première, c'est le niveau des jeux. Bien évidemment, j'apprécierai un compagnon pour mes parties d'Agricola ... mais soyons réaliste, nous en sommes très loin ...

C'est d'ailleurs à peut prêt la même problématique que les gros joueurs rencontrent en jouant avec des joueurs plus novice. Certains jeux permettent de confronter des joueurs de niveaux différents, et d'autres, beaucoup moins. Si je prends un exemple de base, les échecs ... Vous prenez un joueur débutant, il n'a aucune chance contre le joueur expérimenté.

Avec des enfants, même souci. Comment abordez vous les différences de niveaux avec les enfants ? En terme de stratégie par exemple, Raphaël est extrêmement mauvais, mais c'est normal pour son age ... Ainsi donc, vous limitez vous à des jeux d'ambiance ? Ou tentez vous plutôt des jeux un peu plus dur, quitte à les laisser prendre de l'avance ... (retour à la question 1 ...)

Et puis la dernière, l'accompagnement. Comment conciliez vous accompagnement de l'adversaire et jeu ? Pour le faire simple, quand vous dictez à un joueur une stratégie pour apprendre, comment gérez vous le fait que vous jouez contre une stratégie que vous dirigez presque ?

Même problématique qu'entre gros joueurs et joueurs débutant ... Quand j'accompagne Raphaël dans son jeu, j'ai parfois l'impression de jouer contre moi ... Alors vous, comment vous vous en tirez ?

A me relire, j'aurai pu aussi intituler le débat : "jouer entre joueurs de différents niveaux". Finalement, je rencontre les mêmes soucis avec sa maman, beaucoup moins joueuse que moi ...

Répondre au sujet

Il y a 48 commentaires

UltraLord
By loic_425 | 18 mai 2011 13:37

Personnellement je n'ai jamais laissé gagner mes neveux et nièces mais je leur ai appris à savoir perdre.

Mon petit neveu pleurait après une partie de "traumfabrik" (dream factory). Je lui ai expliqué que si l'on gagnait en gros qu'une partie partie sur 4 (bon sauf pour blue...) et que si on s'amusait que lorsque l'on gagnait, on ne jouerait pas.

UltraLord
By Bardatir | 25 mai 2011 09:30

De mon coté, pas encore de bambin mais j'en cotoie très souvent à la ludothèque que je gère.

Jouer contre un enfant a de nombreux objectifs distincts :

- D'une il faut d'abord que l'enfant apprécie la partie et s'y consacre (Concentration)

- De deux il doit suivre les règles et s'y tenir (Respect)

- De trois, il ne faut pas le frustrer et je dirais d'un bon joueur qu'il est capable d'adapter sa façon de jouer pour laisser une marge à l'adversaire sans pour autant qu'il se sente aidé.

Pour un enfant, je pense qu'au moment ou l'enfant va te dire, tu m'as laissé gagné, il aura compris et voudra que tu joues mieux. Et là il ne faut pas se priver de le battre.

Après, il faut adapter le jeu à l'instant. Si l'enfant est fatigué, aucun intéret à lui demander de la concentration sur un jeu abstrait, mais plutot un truc amusant sans plus de reflexion. Mais s'il est frais et dispo autant là oui appuyer sur quelque chose de stratégique.

Comme le dit Loic, savoir perdre est a mon avis une composante essentielle du plaisir ludique. Difficile à acquérir adulte... Difficile à apprendre à un enfant sans pour autant le frustrer.

Dans tous les cas, il sera toujours plus intéressant de remplacer une soirée télé par une soirée jeux. Plus exigente pour le cerveau, plus interactive, plus gratifiante autant pour l'adulte que l'enfant. Plus tout quoi ^^ (ceci est mon avis)

PS de mon coté, je me rends compte que je dois faire cette démarche pour ma compagne aussi et pour mes amis, dans une moindre mesure, mais cela contribue au plaisir de chacun.

UltraLord
By Blue | 25 mai 2011 10:50

Pour les enfants, c'est presque le même problème que pour les débutants.

Pour les intéresser, il faut qu'ils aient des chances de gagner. Donc, il faut avant tout choisir un jeu adapté, et parfois lever le pied pour que le jeu soit intéressant pour tout le monde.

Lorsque je sors un jeu contre Limp, j'essaye des tactiques bizarres que je n'essayerai pas contre des bons joueurs (gniark).

Lors des premières parties de Pique plume, j'attendais que Yann ai bien compris qu'il fallait mémoriser les tuiles avant de commencer à réellement jouer.

Le problème est donc le même, mais pas avec les mêmes jeux.

Après, il y a une question de caractère, certains enfants vont accepter plus la défaite que d'autres. L'éducation entre en jeu, mais pas seulement.

UltraLord
By kevetoile | 25 mai 2011 10:53

Lorsque je sors un jeu contre Limp, j'essaye des tactiques bizarres que je n'essayerai pas contre des bons joueurs (gniark).

- Blue

Haha ! J'ai ri.

UltraLord
By ludisabelle | 26 mai 2011 23:36

Je joue avec mon neveu, 5 ans et demi aujourd'hui.

J'ai commencé l'an dernier avec Crôa, et je lui ai apprit à perdre ( de toute façon moi non plus j'aime pas perdre Nâ).

Mais gentiment, et surtout justement en l'accompagnant, c'est à dire que j'ai commencé par lui apprendre les tuiles et leur fonctionnement, le déplacement des grenouilles, le fait qu'elles se reproduisaient...

ENsuite, après quelques parties "de déplacement", je lui ai montré qu'on pouvait se manger. Puis, je lui ai expliqué car il ne le voyait pas tout seul comment ne pas se faire manger.. (Ben vi, l'attaque, c'est bien, mais la défense est souvent bien plus utile).

La semaine dernière, je l'ai regardé expliquer à une petite fille de 6 ans...Comment jouer aux echecs... Placement des pièces sur le plateau, déplacement, et capture des pions adverses.

Il a été clair, précis et sans bavure. Bon, il a encore du mal à établir une réelle stratégie, et surtout il a pas encore bien saisi qu'il fallait protéger ses propres pions (c'est un attaquant dur de dur), mais bon, l'essentiel y est...

Je serais verte de rage le jour où il va me battre.

Bref, pour pas changer, en jouant aidant sa petite adversaire à jouer contre lui, à un moment il a dit :

"Tu sais, je suis pas obligé de perdre non plus hein". Avec un regard si mignon.

Je lui ai répondu en souriant que Lilianne non plus n'étais pas obligé de perdre, et que si il gagnait trop facilement, elle n'aurait de toute façon plus forcément envie de rejouer avec lui.. Et qu'au final ils seraient perdants tous les deux...

Vivement que mon fils grandisse !!! :twisted:

UltraLord
By Hon Horim | 27 mai 2011 09:54

Idem avec mon Garçon de 4 ans. Je lui expliquais les échecs. D'abord, le déplacement des tours, suivi de celui des fous.

Petit exercice suivant la théorie. Il m'a sorti :

"Ce n'est pas une bonne idée que je prenne ton pion avec ma tour car tu la prendrais avec ta tour."

"Bon ok, ça c'est fait", me suis-je dit.

Il va me battre c'est certain et je redoute ce moment.

Pour ma part, je suis partisan de lui apprendre de ses erreurs dans les jeux pour qu'il comprenne pourquoi et surtout qu'il ne l'oublie pas.

Quand il gagne, lui apprendre qu'il doit respecter son adversaire et ne pas se moquer.

En conlusion :

Je perds dans des jeux où l’apprentissage est terminé. J'adapterai mon niveau en fonction du temps histoire de lui rappeler qu'il n'est pas invincible. Et puis le laisser gagner pour que son visage rayonne de m'avoir battu est aussi une victoire.

Et je gagne dans les jeux où il est en apprentissage.

UltraLord
By Crapaud-à-plumes | 8 sept. 2011 22:56

En tant que ludothécaire, perdre exprès c'est quelque chose que je ne fais pas. Je préfère ne pas jouer au maximum de mes capacités. Je prend moins le temps de réfléchir ou me ralenti sciemment dans le but de ne pas frustrer l'enfant. On peut dire que c'est jouer sur les mots mais c'est seulement une manière de réduire l'inégalité entre moi, gros joueur (à défaut d'en être un grand) au maximum de mes capacités intellectuelles et un joueur débutant dont les capacités sont en développement.

Par contre, il ne me viendra pas à l'esprit de faire jouer à un enfant, un jeu où il n'a aucune chance parce qu'il n'a pas encore les capacités. A mon sens, il vaut mieux attendre le moment où il y aura au moins la possibilité de comprendre le jeu. Sinon cela revient presque plus à pratiquer un jeu qu'à jouer.

UltraLord
By UltraLord | 9 sept. 2011 13:30

Par contre, il ne me viendra pas à l'esprit de faire jouer à un enfant, un jeu où il n'a aucune chance parce qu'il n'a pas encore les capacités. [...] Sinon cela revient presque plus à pratiquer un jeu qu'à jouer.

- Crapaud-à-plumes

Justement, c'est amusant que tu parles de ça, parce que j'essaye de faire pratiquer Raphaël. Il ne connait presque pas les jeux de société, et donc pas du tout les mécanismes en jeu. Sa mère aussi d'ailleurs (enfin elle a déjà bien progressé).

Du coup, facilement, je sors un jeu nouveau, avec des mécanismes différents. Dernier en date, les aventuriers du rail cartes. J'adapte les règles pour que le jeu ne se limite pas à "pratiquer les règles". Mais dans l'absolu, on n'en est pas très loin.

Et je crois que c'est important de pratiquer les règles, pour apprendre de nouveaux mécanismes. Alors bien évidemment, si c'est rébarbatif, aucun intérêt. Mais si ça reste ludique ... Raphaël, même s'il a perdu d'assez loin, s'est bien fait plaisir à me pourrir mes cartes. Sa victoire était là ...

Sinon, oui, jouer plus vite, réfléchir moins, pourquoi pas. Je vais peut être tenter ça. Calculer mon coup un tour à l'avance la prochaine fois qu'on fera un Quorridor.

UltraLord
By Bardatir | 12 sept. 2011 10:38

Je suis bien d'accord, je ne fais jamais exprès de perdre de mon coté, je joue juste soit plus vite, soit plus dangereusement et plus ouvertement pour montrer tenter l'adversaire.

Et je fais aussi ce genre de façon de jouer avec des amis, juste pour voir leur mine méfiante :)

UltraLord
By Crapaud-à-plumes | 12 sept. 2011 13:12

Du coup, facilement, je sors un jeu nouveau, avec des mécanismes différents. Dernier en date, les aventuriers du rail cartes. J'adapte les règles pour que le jeu ne se limite pas à "pratiquer les règles". Mais dans l'absolu, on n'en est pas très loin.

Ces jeux que tu sors pour lui faire essayer, il te les réclame après ?