Le crowdfunding

Un petit débat sur la mode du moment : le crowdfunding.

Pour ceux qui l'ignorent, il s'agit du financement de divers choses par le public.

Dans le jeu de société, ceci se transforme en une plateforme de financement par la précommande.

J'aimerai bien qu'on débatte un peu là dessus.

Mon avis là dessus est assez négatif en général (pour le jeu de société, du moins).

Lorsqu'il s'agit d'un éditeur qui souhaite démarrer, je comprend tout à fait l'intérêt financier : les banques ne sont pas là pour prêter l'argent sans garantie, on sait combien on va devoir en tirer, on n'a pas besoin de passer par un distributeur.

Si l'éditeur souhaite grossir, il va devoir passer par les structures de distributions classiques (distributeur et boutiques).

Le soucis, c'est comment vendre en boutique au même prix que par le biais de la précommande ? Pour cela, l'éditeur devra multiplier ses prix de précommande au même titre que s'il se passait de la boutique, et c'est là que les pledgers se mettent à raler.

En effet, un pledger paye un jeu 3 ou 6 mois à l'avance, au plein tarif, avec pour seul récompense le bonheur d'avoir participer au financement d'un jeu.

On comprend bien que si on veut réitérer l'expérience, il faut y aller par le goodies. Soit il s'agit de matériel de luxe, mais à ce moment, ça augmente grandement les coups de fabrication et la précommande n'a plus vraiment d'intérêt pour l'éditeur.

Soit il s'agit de mini extension et l'acheteur traditionnel se sent lésé d'avoir un jeu incomplet. Dans les deux cas, il faudra que l'éditeur se substitue aux plateforme de distribution classiques (on se souviens de de Carl Chudyk qui a due débourser 50 000 $ pour payer le transport de sa black box).

Certes les plateforme de précommandes comme GMT fonctionne depuis des années, mais GMT produit des jeux bien spécifiques. Il n'est pas sur un marché concurrentiel comme le sont les éditeurs qui se mettent aujourd'hui au crowfounding.

En ce qui me concerne, je donne 3-4 ans à cette mode. Je pense qu'elle va s'épuiser d'elle même du fait de l'abus de son utilisation.

D'autant que je vois mal les banques laisser faire de telles pratiques sur le long terme. Elles vont bien trouver un moyen pour récupérer l'argent qu'elles perdent par ce biais.

Répondre au sujet

Il y a 41 commentaires

Blue
By limp | 23 août 2013 19:18

Je t'en reparle après mes parties de Dark Horse et Seven Sisters (parce que Castle Dice, c'est bon, mais ça semble pas indispensable)...

Blue
By Ed_ | 23 août 2013 19:51

Massilia, je ne pense pas que l'éditeur veuille "avoir" les joueurs : il a juste plein de soucis. Par contre, il devrait communiquer, mais ce n'est pas son fort, assurément ;)

Et puis, sans le crowfunding, plein de bons jeux auto-édités ne verraient jamais le jour, et ça, ce serait dommage (même s'il est vrai qu'on ne manque pas de choix...).

- limp

Ah mais je suis tout à fait d'accord avec toi sur les 2 points.

Quand je parlais de problèmes, je ne parlais pas forcément d'entourloupe. Mais dès qu'une nouvelle situation se présente, elle a apporte son lot de problèmes spécifiques (l'entourloupe peut en faire partie). Si un jeu devait sortir et ne l'est pas, il y a quasi autant de plaintes que de pledgeurs, quelle horreur à gérer pour l'éditeur.

Ensuite oui, des jeux ne seraient pas sortis sans cela, mais je vais dire : tant pis. Perso, si les jeux devaient s'arrêter de sortir, je serais presque content, voyant enfin une limite finie au choix de jeu.

Sinon je suis assez d'accord avec Blue, un très bon jeu s'en sort sans crowdfunding. Le jugement se fait alors avec de vrais pros du jeu plutôt qu'avec le consommateur lambda qui a le pouvoir de faire éditer un jeu ou non (pas seul hein mais bon, vous voyez l'idée).

Personnellement, je pense que cette pratique va faire baisser le niveau des jeux. En général, quand le pouvoir va un peu trop au Français moyen, ben ce qui en sort devient ... moyen.

Je n'aimerai pas être à la place des distributeurs qui vont devoir sacrément sélectionner ce qu'ils comptent vendre.

Ceux qui peuvent se frotter les mains, ce sont les éditeurs classiques qui ne vont pas tomber dans le piège car bientôt, on se rendra compte que leurs jeux seront meilleurs.

M'enfin, on en n'est pas encore là.

Blue
By limp | 23 août 2013 20:33

Je ne comprends pas ton raisonnement. Tu penses que les joueurs ne savent pas choisir les bons jeux sur lesquels pledger ?

Blue
By Blue | 23 août 2013 21:10

Je ne comprends pas ton raisonnement. Tu penses que les joueurs ne savent pas choisir les bons jeux sur lesquels pledger ?

- limp

Comment le pourraient ils? Ils n'ont pas joué au jeu !

Si c'était si facile de trouver un bon jeu, juste en voyant 3 photos et un bout de règle, ça se saurait.

Blue
By Shanouillette | 23 août 2013 21:37

Cepafo..

Blue
By Sha-Man | 23 août 2013 23:09

Alors, bien qu'étant d'accord en majorité avec ce qui a été dit précédemment et surtout en ce qui concerne les abus du crowdfunding quand il s'agit de grosses boîtes ou on est dans :

1/ l'opération marketing effet buzz

2/ la réduction des risques de lancement de projet avec la trésorerie

3/ la multiplication des revenus parce que c'est bien calibré et que y a moins d'intermédiaires.

Par contre je trouve qu'en soi le crowdfunding c'est la solution anti-capitalistique par excellence qui me plait énormément.

Je suis entrepreneur et si je veux lancer des projets qui sont intéressants, il me faut un max de pognon pour recruter les gens qui vont bosser dessus, passer moi-même du temps dessus et continuer à me payer des pâtes à la sauce tomate.

Or la solution des boîtes privées quand t'as besoin de sous c'est :

a/ les banques = de la dette et vendre du rêve à des gens qui te répètent à chacune de tes phrases : "et le retour sur investissement, et votre cible... et blablabla".

b/ la levée de fonds = t'es plus maître à bord et y a la même question du retour sur investissement parce qu'un actionnaire n'est pas un mécène, c'est un gars qui te "prête" de l'argent que si tu lui en rends plus dans une période de temps raisonnable pour que ça lui manque pas pour faire agrandir sa 3ème piscine (j'exagère un peu et alors ?!).

Le crowdfunding c'est un peu le pouvoir au peuple pour moi, plein de petites gens qui peuvent donner leur piécette contre du meeple (dans notre exemple) pour obtenir le jeu auxquel ils aimeraient jouer et qui n'existe pas encore.

Il existe même des trucs qui vont plus loin, comme le jeu vidéo Path Of Exile par exemple. C'est un jeu PC gratuit ou rien de ce que tu peux acheter ne peut te donner un avantage en jeu, ce n'est qu'un effort de participation au développement mais en plus de cela tu peux payer pour bosser avec les designers pour créer quelque chose d'unique et d'équilibré qui sera de manière permanente dans l'univers.

Y a une boîte de dev informatique en Angleterre qui fait des sessions d'ateliers ou tu peux venir bosser pendant 1 à 3 jours avec des designers / developpeurs de chez eux pour les nouvelles fonctionnalités que tu aimerais avoir dans le produit.

Sortir l'argent du capital, du système de banques et d'actionnaires je plussoie sans hésiter.

Intégrer les consommateurs au lieu des financeurs dans le processus de création de produits je trouve ça top aussi.

Dans tout système de toute manière il y aura des gens pour en abuser, mais ça ne doit pas discréditer tout l'ensemble.

Blue
By limp | 23 août 2013 23:18

Comment le pourraient ils? Ils n'ont pas joué au jeu !

Si c'était si facile de trouver un bon jeu, juste en voyant 3 photos et un bout de règle, ça se saurait.

- Blue

Hum... beaucoup achètent leurs jeux ainsi, sans y avoir joué, et kicstarter ou pas. En plus de ne pas être d'accord, j'avoue qu'à mes yeux ce n'est pas un argument en faveur ou contre le crowfunding, ça...

Blue
By Shanouillette | 24 août 2013 00:36

là, y a débat. Je vais chercher des pop corns. xD

Blue
By Ed_ | 24 août 2013 01:15

Je ne comprends pas ton raisonnement. Tu penses que les joueurs ne savent pas choisir les bons jeux sur lesquels pledger ?

- limp

En fait non ce n'est pas vraiment ça mon idée, même si ce que tu dis doit être vrai quelque part.

Je pense juste que le risque qu'un mauvais jeu sorte est plus grand qu'avant, ce qui revient à dire que le niveau, la qualité ludique baisse.

Je ne suis pas un expert et je me trompe peut-être, mais j'ai l'impression que le lien entre l'auteur et l'éditeur est important. L'auteur arrive avec son idée, une idée déjà bien travaillée. L'éditeur analyse et pense qu"il y a un potentiel derrière cette idée et va peut-être retravailler l'idée, apporter des améliorations, la peaufiner. Cette étape plutôt importante est en passe d'être sautée, même si je n'exclus pas la sortie d'excellents jeux. Mais si tout le monde s'y met, on va réellement croire que tout est possible et n'importe qui, avec un peu de chance, va pouvoir sortir quelque chose.

Effectivement, beaucoup de joueurs achètent des jeux sans l'avoir essayé. Mais une fois que le crowdfunding sera à son apogée, on se rendra compte qu'il vaut mieux essayer tellement il y a de risques de se retrouver avec quelque chose qui ne nous plaît pas. Mon argument est là, du moins c'est l'impression que tout cela me laisse.

Après, les arguments de Sha-Man tiennent la route, je ne peux que le constater. De toute façon, tout ce que je souhaite, c'est avoir tord finalement :)

Blue
By loic_425 | 24 août 2013 01:58

Moi je trouve que ça se tient ce que tu dis ed_.

D'ailleurs ça rejoint ce qu'en pense blue.

Je pense qu'en effet il y a plus de chances que des jeux, mal réglés ou qui, sur le papier semble bon mais au final ça ne marche pas (ou mal), sortent.

Sur de la musique, tu peux pledger car tu entends ce que le groupe fait. Sur un jeu, ça me semble délicat de juger. Et au contraire on pourrait passer à côté de bons jeux qui ne payent pas de mine à la simple lecture des règles

Sérieusement limp, aurais-tu pledger pour dobble, pour non merci ou d'autres jeux aussi simples que ça ?